La prophylaxie post-exposition au VIH par schéma à comprimé unique améliore l’observance après une agression sexuelle

  • Malinverni S & al
  • Sex Transm Infect
  • 27 oct. 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un schéma à comprimé unique (SCU) comprenant de l’emtricitabine/du fumarate de ténofovir disoproxil associé à de l’elvitégravir boosté par le cobicistat (EVG/COBI/FTC/TDF) semble faciliter une meilleure prophylaxie post-exposition (PPE) au VIH pour les victimes d’agressions sexuelles, par rapport à un schéma à plusieurs comprimés (SPC).

Pourquoi est-ce important ?

  • Évaluez les obstacles potentiels à l’observance de la PPE chez les victimes d’agressions sexuelles.
  • Assurez un accompagnement individuel des patients et renforcez leur éducation.
  • Envisagez des ajustements structurels pour la prestation des soins, notamment de disposer d’une salle d’examen dédiée et d’un personnel spécialement formé à cet effet.

Principaux résultats

  • 422 patients (205 recevant un SCU, 217 recevant un SPC) ; âge médian : 24 ans ; 11,4 % étaient des mineurs.
  • 91,2 % étaient des femmes.
  • Aucune différence significative entre les groupes n’a été constatée concernant le type d’agression sexuelle/exposition ;
  • Les patients prenant un SCU étaient plus susceptibles d’aller au terme du schéma de 28 jours : 
    • Taux de rétention cumulé : 59 % avec le SCU, contre 46 % avec le SPC. 
    • Rapport de cotes (RC) : 1,70 (P = 0,007).
    • Réduction absolue du risque d’échec de la PPE : 19 %.
  • Le SCU par EVG/COBI/FTC/TDF a été associé à une observance significativement plus élevée (RC : 1,66 ; P = 0,019) et à une rétention des patients significativement meilleure (P = 0,02), par rapport à la PEP basée sur un SPC.
  • Autres facteurs prédictifs indépendants (RC) de l’observance :
    • Patient bénéficiant d’une assurance maladie : 2,27 (P = 0,003).
    • Orientation sexuelle homosexuelle : 4,53 (P = 0,003).
    • Patient recevant une assistance psychologique : 3,13 (P 
    • Consultation pendant les heures de bureau : 1,63 (P = 0,046).

Méthodologie

  • Évaluation cas-témoins, rétrospective et observationnelle de l’effet d’un SCU par EVG/COBI/FTC/TDF sur le taux d’achèvement de la PPE au service des urgences (SU) et le taux d’achèvement de la visite de suivi, par rapport à une PPE basée sur un SPC.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Facteurs de confusion manquants.
  • Les groupes cas/témoins ont été appariés de façon imparfaite.
  • Le caractère généralisable des résultats est limité.