La prise en charge du syndrome du côlon irritable avec diarrhée est difficile, affirment les médecins


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les résultats d’une nouvelle étude suggèrent que les médecins trouvent généralement le syndrome du côlon irritable avec diarrhée (SCI-D) « difficile » à prendre en charge, environ un tiers des médecins interrogés exprimant le souhait de disposer de recommandations claires à ce sujet. 

L’étude, publiée dans la revue United European Gastroenterology Journal , a interrogé 366 médecins généralistes (MG) et 313 gastroentérologues afin d’évaluer l’attitude des professionnels de santé (PS) vis-à-vis du SCI-D. 

Elle révèle que même si les PS comprennent généralement le lourd fardeau que fait peser le SCI-D sur les patients, ils trouvent l’affection difficile à prendre en charge. À peine 11 % des MG et 14 % des gastroentérologues ont rapporté toujours suivre les recommandations nationales et locales, avec une proportion similaire d’entre eux déclarant se baser uniquement sur leur propre expérience. 

Plus de 500 patients ont également été interrogés dans le cadre de l’étude afin d’aider à évaluer le fardeau que fait peser le SCI-D sur les patients. De façon générale, la plupart des patients ont eu recours à plusieurs traitements et ont rapporté des niveaux élevés d’insatisfaction avec les traitements actuels du SCI-D. Ils ont également exprimé leur souhait d’une meilleure prise en charge des symptômes et d’être pris plus au sérieux par les PS, en dépit du fait que ces derniers reconnaissent généralement les importants symptômes physiques et le fardeau psychologique qu’ils entraînent. 

Les auteurs ont déclaré que ces résultats pourraient indiquer un « besoin non satisfait d’une amélioration de la communication patient-médecin et de traitements pharmacologiques et de soutien satisfaisants ».