La prise en charge du syndrome des antiphospholipides chez l’adulte


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La Ligue européenne contre le rhumatisme (European League Against Rheumatism, EULAR) a publié de nouvelles recommandations pour la prévention et la prise en charge du syndrome des antiphospholipides (SAPL) chez l’adulte. 

Sur la base de données probantes provenant d’une revue systématique de la littérature et de l’avis d’experts, trois principes directeurs ont été élaborés et des recommandations ont été formulées dans 12 domaines. 

Les principes directeurs se rapportent à la stratification du risque chez les individus présentant des anticorps antiphospholipides (APL), au dépistage et au contrôle strict des facteurs de risque cardiovasculaire et de thrombose veineuse, ainsi qu’à l’éducation et à l’accompagnement des patients dans des domaines tels que l’observance au traitement. 

Les recommandations sont notamment les suivantes :

  • Chez les porteurs d’APL asymptomatiques (ne remplissant aucun des critères de classification vasculaires ou obstétriques du SAPL), caractérisés par un profil d’APL à haut risque avec ou sans facteurs de risque traditionnels, un traitement prophylactique par aspirine à faible dose (AFD ; 75–100 mg par jour) est recommandé.
  • Chez les patients atteints d’un lupus érythémateux systémique et sans antécédents de thrombose ou de complication de la grossesse, qui ont un profil d’APL à haut risque, un traitement prophylactique par AFD est recommandé, tandis que pour ceux ayant un profil d’APL à faible risque, le traitement prophylactique par AFD peut être envisagé. 
  • Chez les patients ayant un SAPL avéré et atteints d’une première thrombose veineuse, un traitement par des antagonistes de la vitamine K avec un rapport normalisé international (RNI) cible de 2–3 est recommandé.
  • Le rivaroxaban ne doit pas être utilisé chez les patients atteints d’un SAPL avec triple positivité des APL. 

Les recommandations ont été publiées dans la revue Annals of the Rheumatic Diseases