La prise de position de l’ERS contre les cigarettes électroniques et les TSN


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La Société respiratoire européenne (European Respiratory Society, ERS) a publié un nouveau document de prise de position avertissant que les stratégies de réduction des méfaits du tabac qui appuient l’utilisation de produits alternatifs délivrant de la nicotine pour l’arrêt du tabagisme ne sont pas efficaces et sont basées sur des hypothèses erronées et des affirmations sans fondement.

La prise de position de l’ERS sur la réduction des méfaits du tabac (ERS Position Paper on Tobacco Harm Reduction) affirme que ces stratégies ne doivent pas être utilisées en tant qu’approche populationnelle pour lutter contre le tabac.

Le document indique que ces stratégies de réduction des méfaits du tabac sont « basées sur des affirmations incorrectes d’après lesquelles les fumeurs sont dans l’incapacité d’arrêter de fumer ou n’arrêteront pas de fumer » et qu’elles « s’appuient sur des hypothèses sans fondement selon lesquelles les produits alternatifs délivrant de la nicotine sont hautement efficaces comme aide à l’arrêt du tabagisme ».

Il met en garde contre le fait que les cigarettes électroniques et les produits de tabac chauffé, qui sont en grande partie fabriqués et commercialisés par l’industrie du tabac, ne sont « qu’un autre exemple de la tactique établie de longue date par l’industrie du tabac pour vendre des produits soi-disant plus sûrs dans le but de dissuader les fumeurs d’arrêter et de rendre le tabagisme socialement plus acceptable ».

L’ERS a déclaré que plusieurs études confirment déjà que les cigarettes électroniques et les produits de tabac chauffé ont des effets toxiques à court terme sur la santé. Si nous attendons encore pour constater les effets à long terme, nous risquons d’être confrontés à des conséquences similaires à celles causées par le fait d’avoir ignoré les premiers avertissements sur la nocivité des cigarettes conventionnelles pour la santé, a-t-elle mis en garde.