La prise combinée à long terme d’un contraceptif oral et d’un THS est associée au cancer du sein

  • Brinton LA & al.
  • Menopause
  • 1 nov. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La prise à long terme d’un contraceptif oral (CO) et d’un traitement hormonal substitutif (THS) est associée à un risque plus de trois fois plus important de cancer du sein chez les femmes de moins de 55 ans.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de la première étude épidémiologique à se pencher sur l’effet d’une exposition combinée aux CO et aux THS, une association qui devient de plus en plus fréquente.
  • Les auteurs invitent à interpréter les résultats avec prudence étant donné le faible nombre de participantes dans les différents sous-groupes.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de 1 031 patientes de moins de 55 ans, atteintes d’un cancer du sein nouvellement diagnostiqué, et de 919 patientes témoins sans cancer, appariées selon la zone géographique et l’âge.
  • L’exposition a été évaluée par des entretiens personnels (durée moyenne : 71 minutes).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • L’exposition combinée aux CO et aux THS était similaire entre les cas et les témoins (17 % contre 19 %), ce qui a donné une augmentation non significative du risque de cancer du sein avec une prise combinée de CO et de THS (risque relatif [RR] ajusté : 1,01 ; IC à 95 % : 0,7–1,4).
  • Aucune augmentation significative du risque de cancer du sein n’a été observée chez les patientes prenant un CO et un THS (comparativement à celles n’en prenant pas) selon l’âge, l’origine ethnique, la survenue d’une ménopause naturelle, le fait d’avoir un IMC bas ou un parent au premier degré atteint d’un cancer du sein.
  • La prise combinée à long terme d’un CO (au moins 10 ans) et d’un THS (au moins 3 ans) était associée à un risque plus de trois fois plus important de cancer du sein (RR ajusté : 3,19 ; IC à 95 % : 1,4–7,4), comparativement aux femmes n’ayant pris aucun des deux.

Limites

  • Conception rétrospective.