La prévalence de la multimorbidité augmente en Europe


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude, qui a examiné la prévalence de la multimorbidité et son lien avec les résultats de santé en Europe, a révélé que la multimorbidité chez les adultes âgés de 50 ans et plus est en hausse. 

Les chercheurs ont utilisé diverses données transversales portant sur la période 2006–2007 à 2015 de l’Enquête sur la santé, le vieillissement et la retraite en Europe (Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe) pour estimer les changements dans la prévalence de la multimorbidité et dans son association avec les résultats de santé dans 10 pays européens : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la France, l’Italie, la République tchèque, la Suède et la Suisse. 

Ils ont découvert que la multimorbidité globale chez les adultes plus âgés a augmenté, passant de 38,2 % en 2006–2007 à 41,5 % en 2015. La plupart des pays ont enregistré une hausse significative de la multimorbidité ; des baisses ont cependant été constatées au Danemark et en Italie. Une réduction marginale a été observée concernant l’impact de la multimorbidité sur les consultations dans le cadre des soins en médecine générale et la capacité fonctionnelle, mais aucune réduction n’a été observée concernant son impact sur les hospitalisations et la qualité de vie. 

« Nos résultats apportent des données probantes supplémentaires sur la nécessité de mettre en œuvre des stratégies nationales centrées sur le patient afin d’améliorer les soins et les résultats de santé pour les personnes plus âgées atteintes de plusieurs affections chroniques et sur l’importance d’identifier des indicateurs susceptibles d’être utilisés pour surveiller la prévalence de la multimorbidité et la charge qu’elle fait peser sur les systèmes de santé européens », ont conclu les auteurs.