La pression artérielle diminue de façon constante pendant une période de 14 à 18 ans avant le décès

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Même s’il existe des données probantes mitigées sur le fait que la pression artérielle (PA) se stabilise ou diminue plus tard au cours de la vie, les résultats d’une nouvelle étude suggèrent que la pression artérielle systolique (PAS) moyenne et la pression artérielle diastolique (PAD) moyenne diminuent pendant une durée supérieure à dix ans avant le décès chez les patients qui meurent à 60 ans ou plus.

Pour les besoins de l’étude, qui a été publiée dans la revue JAMA Internal Medicine, les chercheurs ont examiné les données de 46 634 participants qui sont décédés à un âge minimum de 60 ans et ont comparé les courbes de baisse de la PA en remontant entre dix et trois ans avant le décès pour 20 207 participants décédés et 20 207 participants appariés selon l’année de naissance et le sexe ayant survécu plus de neuf ans.

Ils ont découvert que la PAS et la PAD ont culminé 18 à 14 ans avant le décès et qu’elles ont ensuite diminué progressivement. Globalement, 64 % des patients ont présenté des diminutions de la PAS supérieures à 10 mmHg. Les diminutions de la PA ont semblé linéaires pendant dix à trois ans avant le décès, avec des diminutions plus accentuées au cours des deux dernières années de vie. Des diminutions de la PAS ont été constatées sans traitement antihypertenseur, mais elles se sont révélées être les plus marquées chez les patients atteints d’hypertension traitée, de démence, d’insuffisance cardiaque et présentant une perte de poids en fin de vie.

Selon les auteurs, l’analyse apporte les premières données probantes que la PAS et la PAD diminuent pendant une période de 14 ans ou plus avant le décès, ce qui pourrait avoir des implications pour l’estimation du risque et le suivi du traitement.