La prescription d’antibiotiques avant 1 an double le risque d’asthme à 5 ans

  • Patrick DM & al.
  • Lancet Respir Med
  • 28 avr. 2020

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Cette étude canadienne montre, tant au niveau populationnel qu’après analyse de données individuelles (cohorte CHILD), qu’il existe une association robuste entre l’exposition des enfants aux antibiotiques au cours de leur première année de vie et le risque d’asthme chez le jeune enfant.
  • Le risque apparaît dose-dépendant, augmentant avec le nombre de périodes de traitement.
  • Une perturbation du microbiote intestinal et une réduction des populations bactériennes intervenant dans les processus d’immunorégulation, en lien avec l’usage précoce d’antibiotiques, apparaît comme un lien plausible.

 

Des éléments de plus en plus nombreux de la littérature ont associé le développement de l’asthme à l’existence d’une dysbiose du microbiote intestinal chez le jeune enfant. De même, les antibiotiques connus pour altérer la flore intestinale représentent un facteur connu de risque d’asthme. Pour explorer le lien direct entre ces deux phénomènes, une équipe canadienne a recherché l’existence d’une association entre la mise en place de politiques incitant à un usage plus raisonné des antibiotiques et la baisse de l’incidence de l’asthme observée en Europe et en Amérique du Nord au cours de ces dernières années.

Méthodologie

  • Les données administratives de la population de la Colombie britannique (Canada) ont été analysées dans l’objectif de voir si la réduction des prescriptions d’antibiotiques chez les enfants de moins d’un an était associée à une baisse des diagnostics d’asthme chez le jeune enfant entre 1 et 4 ans.
  • Une recherche similaire a également été réalisée à partir des données individuelles d’une cohorte de naissance de 2.644 enfants inclus dans l’étude Canadian Healthy Infant Longitudinal Development (CHILD). Dans ce cas, une association était recherchée entre la prise d’antibiotiques chez les enfants de moins d’un an et les diagnostics d’asthme à l’âge de 5 ans.
  • Une analyse de la composition du microbiote par séquençage de l’ARN 16S a également été réalisée à partir d’échantillons fécaux chez 917 enfants de moins d’un an, afin de voir si elle pouvait constituer un lien plausible entre ces deux paramètres.

Résultats

  • L’analyse populationnelle portant sur 4,7 millions de personnes a montré une réduction de l’incidence des diagnostics d’asthme entre 1 et 4 ans, qui est passée de 27,3 à 20,2 pour 1.000 enfants entre 2000 et 2014, soit une réduction de 26%. Cette réduction a pu être associée à un moindre recours aux antibiotiques chez les enfants de moins d’un an, avec des prescriptions qui sont passées de 1.253,8 à 489,7 pour 1000 enfants sur la même période.
  • L’incidence de l’asthme baissait de 24% chaque fois que les prescriptions d’antibiotiques étaient réduites de 10%.
  • Cette association entre incidence des prescriptions d’antibiotiques au cours de la première année et diagnostics d’asthme à l’âge de 5 ans a été retrouvée par l’analyse des données individuelles de la cohorte CHILD (Odds ratio ajusté (ORa) 2,15 [1,37-3,39], p=0,0009).
  • Un effet dose-réponse significatif a été observé : 5,2% d’enfants asthmatiques chez ceux n’ayant pas été exposés aux antibiotiques à l’âge de 5 ans contre 8,1% chez ceux y ayant été exposés à l’occasion d’une seule période de traitement (ORa 1,93 [1,15-3,26], p=0,013) et 17,6% pour 3 périodes de traitement ou plus (ORa 3,25 [1,05-10,08], p=0,041).
  • La diversité du microbiote intestinal à l’âge d’un an est apparue diminuée chez les enfants qui disposaient d’un diagnostic d’asthme à 5 ans par rapport à ceux qui n’en avaient pas, et possiblement responsable de l’association observée entre antibiotiques et asthme.