La première naissance suite à une greffe d’utérus assistée par robot voit le jour


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Université de Göteborg rapporte la première naissance d’un nourrisson faisant suite à une greffe d’utérus assistée par robot dans le cadre de son programme de recherche sur la transplantation utérine au sein de son Académie Sahlgrenska. 

Le nourrisson, pesant 2 900 g et mesurant 48 cm de long, est né par césarienne planifiée le lundi 8 avril, à 36 semaines de gestation.

La mère avait fait l’objet d’une greffe d’utérus en octobre 2017. La donneuse, la mère de la receveuse, s’était fait opérer par micromanipulation chirurgicale assistée par robot et l’utérus avait été transplanté chez la receveuse dans le cadre d’une chirurgie ouverte. Les chercheurs prévoient qu’à l’avenir, il sera également possible de greffer un utérus chez une receveuse en ayant recours à une technique de micromanipulation assistée par robot.

Le nourrisson est le neuvième à naître en Suède à la suite d’une greffe d’utérus et le premier dans le cadre du projet dénommé par les chercheurs « the Robot Project ». « Il s’agit d’une étape extrêmement importante vers le développement de la chirurgie en lien avec la greffe d’utérus, et sa sécurité d’emploi », a déclaré Mats Brännström, professeur d’obstétrique et de gynécologie à l’Académie Sahlgrenska, qui dirige la recherche sur place. « Pour la première fois, nous démontrons la faisabilité de la technique chirurgicale assistée par robot qui est moins invasive.

À ce jour, un total de 15 bébés dans le monde sont nés à la suite d’une greffe d’utérus.