La pré-éclampsie est associée à un risque multiplié par cinq d’insuffisance rénale chronique terminale


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Selon une nouvelle recherche, les femmes présentant une pré-éclampsie, mais aucune comorbidité majeure avant leur première grossesse, courent un risque presque cinq fois plus élevé d’insuffisance rénale chronique terminale (IRCT) que les femmes pares sans pré-éclampsie. 

L’étude, publiée dans la revue PLOS Medicine, a examiné l’association entre la pré-éclampsie et le risque d’IRCT chez 1 366 441 femmes en bonne santé en Suède, tout en tenant compte de la comorbidité préexistante et des facteurs de confusion potentiels. Les femmes ont eu 2 665 320 naissances uniques entre 1982 et 2012.

Pendant la période de l’étude, 67 273 femmes ayant eu 74 648 naissances vivantes uniques étaient atteintes d’une pré-éclampsie.

Au total, 410 femmes ont développé une IRCT avec un taux d’incidence de 1,85 cas pour 100 000 personnes-années chez les femmes sans pré-éclampsie et de 12,35 cas chez les femmes atteintes d’une pré-éclampsie.

Dans le cadre d’une analyse corrigée, les auteurs ont identifié une multiplication du risque d’IRCT par près de 5 dans le cas d’une pré-éclampsie (rapport de risque [RR] : 4,96 ; IC à 95 % : 3,89–6,32 ; P 

Bien que les auteurs aient noté que le risque absolu d’IRCT chez les femmes atteintes d’une pré-éclampsie reste faible, la pré-éclampsie devrait selon eux être considérée comme un facteur de risque important d’IRCT ultérieure, et des études approfondies sur des interventions de prévention sont justifiées.