La PR est-elle associée à un risque d’insuffisance cardiaque congestive différent chez l’homme et chez la femme ?


  • Actualités Médicales par MediQuality
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La polyarthrite rhumatoïde (PR) se caractérise le plus souvent par des troubles périphériques et une inflammation symétrique des articulations. En outre, les patients atteints de PR présentent également diverses manifestations extra-articulaires (telles que lymphadénopathie, nodules sous-cutanés, ostéoporose, péricardite, pleurite, splénomégalie et anémie). Qu’ils présentent ou pas des manifestations extra-articulaires de la PR, ces patients sont exposés à un risque accru de coronaropathie et d'insuffisance cardiaque. Une équipe de chercheurs s’est intéressée en particulier à l’association entre l’insuffisance cardiaque et la PR.

Divers travaux ont montré que la PR est un facteur de risque indépendant de maladie cardiovasculaire, au même titre que l'âge avancé, l'hypertension, le diabète, les dyslipidémies, l'obésité ou le tabagisme. L'insuffisance cardiaque (HF) semble être l'un des facteurs les plus importants du risque de surmortalité dans cette population. 

Afin de mieux appréhender la question, des chercheurs ont comparé l'incidence de la HF chez les patients atteints de PR et chez des sujets témoins, appariés par âge et par sexe, après avoir pris en compte les facteurs de risque cardiovasculaire traditionnels et les cardiopathies ischémiques.

Pour mener leurs investigations, les chercheurs ont d'abord effectué une recherche systématique de la littérature afin d'identifier des études mentionnant l'incidence de la HF chez les patients atteints de PR par rapport aux patients témoins sans PR. Au total, trois études ont été incluses dans l'analyse finale. Les trois études étaient basées sur l'analyse de registres nationaux en Europe et, par conséquent, de nature multicentrique, comprenant des patients hospitalisés, des patients en ambulatoire et des résidents non hospitalisés. Au total, les trois études incluaient 5.220.883 individus dont 89.145 patients atteints de PR, dont les données ont été comparées à celles de 4.651.419 témoins appariés. 

Les résultats de l'analyse cumulative sur la population totale ont montré que l'incidence de la HF était environ deux fois plus élevée chez les patients atteints de PR comparativement aux témoins apparentés (OR : 1,78 ; IC à 95% : 1,22-2,60 ; p

Les auteurs concluent : « Notre revue systématique, qui a porté sur plus de 5 millions de sujets, confirme l'augmentation suspectée de l'incidence de la HF chez les patients atteints de PR. Les femmes sont les plus exposées au risque de HF. Notre analyse souligne la nécessité d'actualiser les directives actuelles afin d'y intégrer le dépistage et les méthodes de prévention de la HF chez les patients atteints de PR. »

Cet article a initialement été publié sur MediQuality.