La plupart des suppléments en vitamines et minéraux les plus répandus n’apportent aucun bénéfice cardiaque


  • Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude publiée dans la revue Journal of the American College of Cardiology a découvert que les suppléments en vitamines et minéraux les plus couramment consommés n’apportent aucun bénéfice ni préjudice uniformes sur le plan de la santé.

La revue systématique des recherches existantes publiées en anglais de janvier 2012 à octobre 2017 (179 études) a découvert que les multivitamines, la vitamine D, le calcium et la vitamine C, les suppléments les plus courants, n’ont démontré aucun bénéfice dans la prévention des maladies cardiovasculaires (MCV), des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux (AVC) ou des décès prématurés, mais qu’ils n’ont également entraîné aucun risque supplémentaire. Les vitamines A, B6 et E, le bêta-carotène, le zinc, le fer, le magnésium et le sélénium se sont également avérés n’avoir aucun effet significatif sur les résultats liés aux MCV et la mortalité toutes causes confondues. L’étude a toutefois découvert que l’acide folique seul et les vitamines B associées à l’acide folique pouvaient réduire les MCV et les AVC.

La niacine à libération prolongée (à raison de 1 à 3 g par jour), dans trois essais contrôlés randomisés lors desquels une statine a été prise, a été associée à une augmentation de 10 % de la mortalité toutes causes confondues (P = 0,05). L’étude a découvert que les mélanges d’antioxydants n’ont pas semblé apporter de bénéfice concernant les résultats liés aux MCV, mais bon nombre d’entre eux ont eu un effet légèrement délétère sur la mortalité toutes causes confondues.

Les données actuelles sur l’usage de suppléments renforcent la nécessité d’une alimentation saine et la consommation d’aliments contenant des vitamines et des minéraux, ont conclu les auteurs de l’étude.