La plupart des lésions cutanées du sarcome de Kaposi répondent à la radiothérapie

  • Ann Palliat Med

  • Par Roxanne Nelson, RN
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.
À retenir
  • La plupart des lésions cutanées du sarcome de Kaposi (SK) répondront à la radiothérapie, les schémas de radiothérapie palliative utilisés engendrant des effets indésirables minimes.
Pourquoi est-ce important ?
  • La radiothérapie semble faire régresser de manière efficace les lésions cutanées du SK qui provoquent des symptômes localisés tels que les saignements ou la douleur.
Conception de l’étude
  • Étude rétrospective ayant inclus 17 patients (5 femmes et 12 hommes) présentant 97 sites cutanés de SK traités par radiothérapie externe locale dans un centre de soins tertiaires de lutte contre le cancer.
  • 18 sites cutanés supplémentaires ont été traités au moyen d’un renouvellement de la radiothérapie.
  • Financement : aucune source de financement n’a été communiquée.
Principaux résultats
  • Le suivi médian était de 26,1 mois (intervalle : 0,3 mois–28,5 ans).
  • Dans le cas des 97 sites de SK préalablement non traités, 87 % ont répondu à la radiothérapie (30 % de réponse complète [RC] et 57 % de réponse partielle [RP]), et 13 % ont progressé.
  • Parmi les 13 % (n = 13) de SK ayant progressé, tous ont été traités par renouvellement de la radiothérapie hormis un cas, qui a été traité par azote liquide ; en tout, 18 champs ont fait l’objet d’un renouvellement de la radiothérapie (certains des champs traités d’origine ont été divisés en champs plus petits).
  • Après renouvellement du traitement, les taux de RC, de RP et de progression étaient de 0 %, 50 % et 50 %, respectivement.
Limites
  • Conception d’étude rétrospective, échantillon relativement petit et contexte monocentrique.
  • Absence de résultats sur le contrôle des symptômes.