La planification anticipée des soins est associée à une plus longue survie chez les patients atteints d’une maladie en phase terminale


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La planification anticipée des soins (PAS) est associée à une amélioration significative de la survie chez les patients atteints d’une maladie en phase terminale. C’est ce que suggère une étude, la première du genre à avoir été menée, qui a été publiée dans la revue BMJ Supportive & Palliative Care.

Dans une analyse des données exploratoire, des chercheurs ont examiné les effets possibles de la PAS sur la survie, chez des patients atteints d’une maladie pulmonaire, d’une maladie cardiaque ou d’un cancer en phase terminale, en s’appuyant sur des données issues d’un essai contrôlé randomisé publié auparavant et ayant été mené chez des patients atteints d’une maladie en phase terminale au Danemark. Au total, 205 participants ont été inclus : 102 patients dans le groupe d’intervention (52 patients atteints d’une maladie maligne et 50 patients atteints de maladies non malignes) et 103 dans le groupe témoin (51 patients atteints d’une maladie maligne et 52 patients atteints de maladies non malignes). 

Une différence significative a été constatée concernant le taux de survie à 1 an entre le groupe témoin et le groupe d’intervention (57 % contre 73 % ; P = 0,020). Après une stratification selon le diagnostic, la différence significative en termes de survie a perduré dans le groupe des patients atteints de maladies non malignes (67 % contre 90 % ; P = 0,004), tandis qu’aucune différence significative n’a été constatée chez les patients atteints d’un cancer.

Les auteurs ont suggéré qu’un mécanisme plausible responsable de l’effet positif sur la survie pourrait être que les patients atteints de maladies non cancéreuses se rendent compte que leur maladie est de nature à limiter leur espérance de vie dans le cadre de la PAS, ce qui peut changer en conséquence leur attitude vis-à-vis des soins palliatifs, par rapport aux traitements prolongeant la vie.