La pilule contraceptive et les DIU sont associés au risque de néoplasie cervicale de haut grade

  • Loopik DL & al.
  • Eur J Cancer
  • 21 nov. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’utilisation de contraceptifs oraux et de dispositifs intra-utérins (DIU) était associée à une augmentation du risque de développement de néoplasie intraépithéliale cervicale de grade III ou supérieur (NIC3+), comparativement à l’absence de contraception.
  • Le risque de NIC3+ était plus élevé avec les contraceptifs oraux, comparativement aux DIU.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une analyse combinée de plusieurs études épidémiologiques suggère que l’utilisation d’un DIU peut être un cofacteur de protection contre le cancer du col de l’utérus.

Protocole de l’étude

  • 702 037 femmes âgées de 29–44 ans ont participé à un programme de dépistage du cancer du col de l’utérus avec une cytologie normale, au cours de la période 2005–2009.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • 0,96 % des femmes ont développé une NIC3, et 0,08 % ont reçu un diagnostic de cancer du col de l’utérus au cours d’une durée de suivi médiane de 9,7 ans.
  • 25,4 % des femmes n’utilisaient aucun contraceptif, 12,2 % utilisaient des contraceptifs oraux et 3,9 % utilisaient un DIU depuis au moins 5 ans.
  • L’utilisation d’un DIU était associée à une augmentation du risque de développer une NIC3+ (risque relatif [RR] : 1,51 ; IC à 95 % : 1,32–1,74), mais pas du risque de cancer du col de l’utérus (RR : 1,21 ; IC à 95 % : 0,71–2,07), comparativement à l’absence de contraception.
  • Les contraceptifs oraux étaient associés à une augmentation du risque de NIC3+ (RR : 2,77 ; IC à 95 % : 2,65–3,00) et de cancer du col de l’utérus (RR : 2,06 ; IC à 95 % : 1,52–2,79), comparativement à l’absence de contraception.
  • L’utilisation de contraceptifs oraux était associée à un risque plus élevé de NIC3+ (RR : 1,83 ; IC à 95 % : 1,60–2,09) et de cancer du col de l’utérus (RR : 1,70 ; IC à 95 % : 1,00–2,90), comparativement aux DIU.
  • Les femmes n’ayant utilisé aucun type de contraceptif ont présenté un risque significativement plus faible de NIC3+ (RR : 0,61 ; IC à 95 % : 0,58–0,64) et de cancer du col de l’utérus (RR : 0,63 ; IC à 95 % : 0,53–0,75), comparativement à l’ensemble du groupe.

Limites

  • Protocole observationnel.