La perte de poids peut-elle faire régresser la FA ?


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des chercheurs ont démontré pour la première fois que les personnes obèses atteintes de fibrillation auriculaire (FA) peuvent réduire ou faire régresser l’affection en perdant du poids.

L’analyse a inclus 355 participants en surpoids ou obèses atteints de FA provenant de l’étude de suivi à long terme LEGACY sur l’effet à long terme d’un contrôle du poids axé sur des objectifs dans une cohorte de patients atteints de fibrillation auriculaire. La perte de poids a été catégorisée comme suit : groupe 1 (inférieure à 3 %), groupe 2 (3–9 %) et groupe 3 (supérieure ou égale à 10 %). Le changement de type de FA a été déterminé annuellement par examen clinique et par moniteur cardiaque Holter sur une période de sept jours. Le type de FA a été catégorisé conformément au consensus de la Société du rythme cardiaque (Heart Rhythm Society).

Les auteurs ont découvert que dans le groupe 1, 41 % des patients sont passés d’une FA paroxystique à une FA persistante et 26 % d’une FA persistante à une FA paroxystique ou à l’absence de FA. Dans le groupe 2, 32 % des patients sont passés d’une FA paroxystique à une FA persistante et 49 % d’une FA persistante à une FA paroxystique ou à l’absence de FA. Fait notable dans le groupe 3, 3 % des patients sont passés à une FA persistante et 88 % sont passés d’une FA persistante à une FA paroxystique ou à l’absence de FA. 

Les auteurs, qui ont présenté les résultats dans la revue Europace, ont déclaré que ces résultats fournissent un éclairage complémentaire sur le rôle des interventions en amont visant à modifier éventuellement le processus pathologique de la FA.