La perte de mémoire n’est pas synonyme d’Alzheimer


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Chez une personne âgée, des troubles de la mémoire sont volontiers évocateurs d’une maladie d’Alzheimer débutante. Publié dans la revue Neuroaging and imaging , le travail d’une équipe lilloise (INSERM – Institut national –, CHU et Université) montre que cette association n’a rien d’évident. Pour ce faire, ils ont suivi 91 patients depuis leur diagnostic initial posé devant des troubles cognitifs débutants (maladie d’Alzheimer, dégénérescence fronto-temporale, maladie à corps de Lewy, maladie de Creutzfeldt- Jakob, lésions cérébro-vasculaires progressives) jusqu’à leur décès. Après celui-ci, le don de leurs cerveaux a permis une analyse histopathologique de leurs tissus cérébraux pour un diagnostic de certitude.

Un tiers des patients avec un diagnostic post-mortem de maladie d’Alzheimer n’avait aucun trouble de la mémoire au moment de leur inclusion, donc à un stade précoce de leur maladie. Inversement, près de la moitié des patients (45%) qui avaient une perte de mémoire, ont reçu un autre diagnostic post-mortem que la maladie d’Alzheimer.

Pour Maxime Bertoux, premier auteur de l’article publié, « nos résultats confirment que le diagnostic fondé sur l’amnésie comme marqueur systématique de la maladie d’Alzheimer a une pertinence limitée. Ils invitent à repenser la manière dont cette maladie est diagnostiquée afin de réduire l’errance diagnostique et la mauvaise orientation de certains patients et d’améliorer la reconnaissance clinique et sociétale des autres maladies neurodégénératives. » De plus, insiste-t-il, de nombreux essais cliniques évaluant des traitements contre la maladie d’Alzheimer recrutent leurs participants selon un critère d’amnésie : « Associer systématiquement une perte de mémoire à la maladie d’Alzheimer pourrait biaiser les inclusions dans les protocoles de recherche. » Enfin, plus généralement, il invite à sensibiliser la population sur les dons de cerveaux, dont l’analyse histopathologique est seule à même de fournir un diagnostic précis et exact d’une maladie neurodégénérative.