La parité augmente le risque de maladie cardiovasculaire


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les femmes pares pourraient présenter un risque significativement plus élevé de maladie cardiovasculaire (MCV) que les femmes nullipares. C’est ce que suggère une nouvelle recherche publiée dans la revue European Journal of Preventive Cardiology. 

L’étude a examiné les données de 10 études de cohorte ayant impliqué 3 089 929 femmes, parmi lesquelles 150 512 ont développé une MCV.

Durant un suivi de 6 à 52 ans, une association significative entre la parité et le risque de MCV a été identifiée, après une comparaison entre la parité et la nulliparité (risque relatif [RR] : 1,14 ; IC à 95 % : 1,09–1,18 ; I2 = 62 % ; P = 0,002). Lors de l’analyse dose-effet, une relation dose-effet potentielle en forme de J non linéaire a été observée entre le nombre de parité et le risque de MVC. L’estimation du risque sommaire pour une hausse d’une naissance viable était de 1,04 (IC à 95 % : 1,02–1,05) avec une hétérogénéité significative (I2 = 89,6 %). 

Commentant les résultats, l’auteur de l’étude, le Dr Dongming Wang de l’Université des sciences et technologies en Chine, a déclaré : « Les médecins ont ici un rôle à jouer. Les femmes doivent être au courant qu’avoir des enfants peut accroître leur risque de développer une maladie cardiaque ou un accident vasculaire cérébral ultérieur, et qu’un nombre plus élevé de grossesses pourrait accroître davantage ce risque. »