La Norvège signale un cas mortel de rage chez l’homme


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les autorités sanitaires signalent le décès d’une personne en Norvège des suites de la rage. Selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC), la personne était récemment revenue d’un voyage dans un pays d’Asie du Sud-Est, où elle avait été mordue par un chien. La personne a progressivement développé les symptômes de la rage et est décédée deux mois plus tard, au début du mois de mai.

Il s’agit du premier cas de rage chez l’homme signalé en Norvège depuis 1815. Toutefois, l’ECDC indique que jusqu’à quatre cas de rage chez l’homme ont été signalés chaque année au sein de l’Union européenne/Espace économique européen (UE/EEE) au cours de la dernière décennie, principalement des cas importés. 

Des décès humains dus à la rage ont également été signalés cette année dans des pays d’Asie du Sud-Est. Le mois dernier, les autorités ont signalé le premier cas mortel de rage de l’année en Thaïlande, chez une personne mordue par un chien à la fin de l’année 2018. 

L’ECDC recommande que les groupes à risque de morsures d’animaux, comme les voyageurs ou les professionnels qui planifient des activités dans des régions reculées, reçoivent une évaluation individuelle des risques en vue d’une prophylaxie préexposition. Le traitement devra comprendre le soin local de la plaie, la vaccination et l’immunisation passive par des immunoglobulines, si cela est indiqué. « Pour être efficace, le traitement doit être administré dès que possible après l’exposition », ajoute-t-il.