La naldémédine prophylactique pour la CIO réduit le risque de diarrhée

  • Takagi Y & al.
  • BMC Gastroenterol
  • 31 janv. 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le risque de diarrhée est réduit chez les patients atteints d’un cancer qui commencent un traitement par naldémédine dans les trois jours suivant l’instauration d’opioïdes, en tant que prophylaxie de la constipation induite par les opioïdes (CIO).

Pourquoi est-ce important ?

  • Plus de la moitié de la totalité des patients qui reçoivent des opioïdes développe une CIO sans prophylaxie.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de 98 patients (âge médian : 68 ans) atteints d’un cancer, ayant reçu au moins 1 dose de naldémédine sous 3 jours (administration précoce ; n = 26) ou plus de 3 jours (administration tardive ; n = 72) après l’instauration d’opioïdes.
  • Critères d’évaluation : l’incidence de la diarrhée, la durée d’administration et le nombre quotidien de défécations avant et après l’administration de naldémédine.
  • Financement : Auto-financement.

Principaux résultats

  • 73 % des patients s’étaient fait prescrire de la morphine ou de l’oxycodone.
  • La période médiane d’administration de la naldémédine et la survie globale (SG) étaient respectivement de 25 jours (intervalle : 1–260) et de 64 jours (intervalle : 2–372).
  • Une administration précoce, par rapport à une administration tardive, a conduit à une incidence plus faible de diarrhée (3,9 % contre 22,2 % ; P = 0,02).
  • Le nombre quotidien de défécations :
    • a augmenté à la suite d’une administration tardive (nombre médian : 0,43–0,88 ; P 
    • est resté stable à la suite d’une administration précoce (nombre médian : 1,00–1,00 ; P = 0,34).
  • Pour 53 % des patients ayant développé une constipation après la diarrhée, les cas se sont résolus, en particulier chez ceux qui ont arrêté la naldémédine (83 %).

Limites

  • Biais de sélection.
  • Étude observationnelle.