La naldémédine est efficace pour le traitement de la CIO chez les patients plus âgés

  • Wild J & al.
  • Drugs Aging
  • 21 févr. 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La naldémédine est aussi sûre et efficace pour le traitement de la constipation induite par les opioïdes (CIO) chez les patients plus âgés souffrant de douleurs chroniques non cancéreuses que chez les patients plus jeunes, avec des événements indésirables tolérables.

Pourquoi est-ce important ?

  • Bien que des essais cliniques aient montré que la naldémédine est efficace pour le traitement de la CIO, ces essais n’avaient pas comparé son efficacité entre des patients plus jeunes et plus âgés.
  • Les patients plus âgés présentent un risque accru de CIO.

Protocole de l’étude

  • Les essais COMPOSE-1, COMPOSE-2 et COMPOSE-3 ont inclus 2 328 patients (âgés de 18 à 80 ans) souffrant de douleurs chroniques non cancéreuses depuis 3 mois ou plus.
  • Financement : Shionogi Inc. ; autres.

Principaux résultats

  • 344 patients étaient âgés de 65 ans ou plus.
  • Ces patients ayant reçu de la naldémédine ont présenté, par rapport à ceux du groupe global de la naldémédine :
    • un taux d’événements indésirables liés au traitement (EIT) similaire : 45,9 % contre 47,1 % ;
    • un taux d’EI similaire : 18,6 % contre 20,1 % ;
    • un taux plus faible d’EIT gastro-intestinaux : 20,2 % contre 21,8 % ;
    • un taux similaire d’EIT liés au sevrage des opioïdes : 1,1 % contre 1,0 % ;
    • un taux plus faible d’EIT impliquant un éventuel sevrage des opioïdes : 1,1 % contre 1,7 %.
  • La proportion de répondeurs était plus élevée chez les patients traités par naldémédine que chez les patients traités par placebo :
    • dans la population globale : 50,1 % contre 34,1 % (P 
    • chez les patients âgés de 65 ans ou plus : 51,8 % contre 37,6 %.

Limites

  • Analyse post-hoc.

Texte rédigé en collaboration avec Vijay Rathod, PhD.