La naissance du premier nourrisson par transfert du fuseau mitotique maternel


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le Centre de fertilisation in vitro de l’Institute of Life en Grèce et l’entreprise Embryotools en Espagne ont rapporté le cas du premier nourrisson né par mise en œuvre de la méthode « innovante » du transfert du fuseau mitotique maternel. 

Le nourrisson, qui pèse 2 960 grammes, est né le 9 avril d’une femme grecque de 32 ans ayant des antécédents de plusieurs échecs de fécondation in vitro (FIV) et de mauvaise qualité des ovocytes.

La méthode, qui a été développée après cinq années de recherche fondamentale à Embryotools en Espagne et deux ans et demi de validation clinique au laboratoire de l’Institute of Life en Grèce, a été élaborée pour résoudre les problèmes de fertilité associés à la survenue de plusieurs échecs de FIV causés par des anomalies cytoplasmiques des ovocytes ou des maladies génétiques mitochondriales rares. La méthode implique une substitution mitochondriale dans les ovocytes humains, ce qui préserve entièrement le matériel génétique de la femme qui cherche à se reproduire. 

D’après le cofondateur d’Embryotools, le Dr Nuno Costa-Borges, la mise en œuvre parfaitement réussie et sûre de la méthode, pour la première fois dans l’histoire de la médecine, représente « une révolution » dans la reproduction assistée. 

« Nous sommes très fiers d’annoncer une innovation internationale dans le domaine de la reproduction assistée. Nous sommes désormais en mesure de donner la possibilité aux femmes ayant connu plusieurs échecs de FIV ou atteintes de maladies génétiques mitochondriales rares d’avoir un enfant en bonne santé », a ajouté le président de l’Institute of Life, le Dr Panagiotis Psathas.