La mutation de BRCA2 est associée à une incidence près de deux fois plus élevée du cancer de la prostate

  • Page EC & al.
  • Eur Urol
  • 12 sept. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La détection du cancer de la prostate était presque deux fois plus élevée chez les porteurs d’une mutation de BRCA2, comparativement aux non porteurs, au cours de trois ans de dépistage annuel du PSA.
  • Les porteurs d’une mutation de BRCA2 étaient plus jeunes au moment du diagnostic et étaient plus susceptibles de présenter une maladie cliniquement significative.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les hommes porteurs d’une mutation de BRCA2 doivent faire l’objet d’un dépistage systématique du PSA.

Protocole de l’étude

  • Il s’agit des résultats intermédiaires de l’étude prospective internationale IMPACT.
  • 3 027 hommes issus de familles porteuses de mutations de BRCA1/2 (2 932 individus uniques : 919 porteurs d’une mutation de BRCA1 ; 709 non porteurs d’une mutation de BRCA1 ; 902 porteurs d’une mutation de BRCA2 ; 497 non porteurs d’une mutation de BRCA2) ont fait l’objet d’un dépistage annuel du PSA (une fois tous les 2 ans aux Pays-Bas).
  • Financement : Institut de recherche sur le cancer (Institute of Cancer Research), Royaume-Uni ; Centre de recherche sur le cancer au Royaume-Uni (Cancer Research UK).

Principaux résultats

  • Une biopsie a été recommandée à 13 % des hommes après 4 dépistages du PSA.
  • Le taux de détection du cancer de la prostate était de 3,8 % (taux d’incidence : 15 cas pour 1 000 personnes-années) :
    • Chez les porteurs d’une mutation de BRCA2, comparativement aux non porteurs : 5,2 % contre 3,0 % (rapport du taux d’incidence [RTI] : 1,95 ; P = 0,031).
    • Chez les porteurs d’une mutation de BRCA1, comparativement aux non porteurs : 3,4 % contre 2,7 % (RTI : 1,36 ; P = 0,3).
  • Une observance supérieure de la biopsie en cas d’élévation du PSA de plus de 3 ng/ml a été observée chez les porteurs d’une mutation de BRCA2, comparativement aux non porteurs (73 % contre 60 %).
  • Les porteurs d’une mutation de BRCA2 ont reçu un diagnostic à un plus jeune âge (61 ans contre 64 ; P = 0,044) et étaient plus susceptibles de présenter une maladie cliniquement significative (77 % contre 40 % ; P = 0,011), comparativement aux non porteurs.

Limites

  • Déviation possible du protocole de l’étude.