La metformine n’entraîne aucune augmentation du risque d’acidose lactique chez les patients présentant une fonction rénale réduite

  • Chu PY & al.
  • Diabetes Care
  • 23 avr. 2020

  • Par Miriam Tucker
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un diabète de type 2 et présentant une fonction rénale réduite, la metformine n’est pas associée à un taux significativement accru d’acidose lactique (AL), par rapport aux sulfonylurées.

Pourquoi est-ce important ?

Protocole de l’étude

  • Il s’agit d’une étude rétrospective d’une base de données aux États-Unis, incluant le calcul du score de propension et la pondération de nouveaux utilisateurs de metformine (n = 24 542) ou de sulfonylurées (n = 24 662), ayant développé un DFGe inférieur à 60 ml/minute/1,73 m2 ou un taux de créatinine sérique supérieur ou égal à 1,4 mg/dl (femmes) ou à 1,5 mg/dl (hommes).
  • L’hospitalisation pour cause d’AL (critère d’évaluation principal) était définie comme un critère composite regroupant le diagnostic primaire d’AL à la sortie ou l’AL confirmée par laboratoire (taux d’acide lactique supérieur ou égal à 2,5 mmol/l associé à un pH sanguin artériel inférieur à 7,35 ou à un taux de bicarbonate sérique inférieur ou égal à 19 mmol/l).
  • Financement : département des Anciens combattants des États-Unis (U.S. Department of Veterans Affairs).

Principaux résultats

  • Nombre d’événements relatifs à une AL faisant partie du critère d’évaluation composite pour 1 000 personnes-années :
    • 4,18 (IC à 95 % : 3,63–4,81) avec la metformine ; contre
    • 3,69 (IC à 95 % : 3,19–4,27) avec les sulfonylurées.
      • Rapport de risque corrigé (RRc) spécifique à la cause : 1,21 (IC à 95 % : 0,99–1,50).
  • Les RRc (IC à 95 %) étaient cohérents pour chacune des composantes du critère d’évaluation composite principal, notamment concernant :
    • le code diagnostique primaire d’AL à la sortie : 1,11 (0,87–1,44) ; et
    • les hospitalisations pour cause d’AL confirmée par laboratoire : 1,25 (0,92–1,70).

Limites

  • Les patients n’ayant pas recours de façon continue à leurs médicaments ont été exclus.  
  • Les valeurs aux analyses de laboratoire de confirmation n’ont pas toutes été consignées.
  • Facteurs de confusion résiduels potentiels, biais de surveillance.
  • Population principalement constituée d’hommes âgés d’origine ethnique blanche.