La metformine et la diminution du risque de cancer du sein et du cancer colorectal

  • Diabetes Res Clin Pract

  • Par Nathalie Barrès
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

À partir de deux larges études cas-témoins israéliennes, des chercheurs ont montré que :

  • Le diabète était associé à une augmentation du risque de cancer colorectal mais pas du sein,
  • La prise de metformine de manière régulière était associée à un moindre risque de cancer du sein et de cancer colorectal,
  • Qu’aucun autre antidiabétique n’était associé à une diminution du risque de cancer du sein ou du cancer colorectal.

Pourquoi ces résultats sont intéressants ?

Ces résultats portent sur deux larges études cas-témoins et viennent soutenir les résultats d’autres études. Plusieurs hypothèses mécanistiques sont évoquées pour expliquer l’action chimiopréventive de la metformine, notamment vial’augmentation de l’activité de la protéine kinase activée par l’AMP (AMPK) qui inhibe la voie de signalisation oncogène mTOR, et via l’arrêt de la phase S de l’apoptose dans le cancer du sein triple négatif. Les auteurs de cet article soulignent cependant que d’autres études n’ont pas abouti à ces conclusions, et que la disparité des résultats disponibles dans la littérature pourrait être le fait de facteurs de confusion.

Méthodologie

Les données analysées sont issues de deux larges études cas-témoins menées dans le cancer du sein et le      cancer colorectal. Les analyses ont évalué l’association entre la prise régulière de metformine et le risque de développer un cancer du sein ou un cancer colorectal. Les données ont été ajustées à l’âge au diagnostic du cancer, aux antécédents familiaux de cancer du sein et      colorectal, aux antécédents de diabète, à la prise quotidienne d’aspirine, de statines, à l’activité physique, à la consommation de fruits et de légumes, ainsi qu’à la prise de contraceptifs oraux, d’hormones et au nombre de grossesses spécifiquement pour le cancer du sein.

Principaux résultats

Cette étude a été réalisées à partir de la collecte des données issues de 18.527 individus. Au moment du diagnostic du cancer, 19,4% des participants étaient diabétiques. La metformine était prise seule ou en association depuis plus de trois mois chez 14,5% des individus (13,4% de ceux évalués pour le cancer du sein et 15,8% pour ceux évalués pour le cancer colorectal). Ainsi, plus de 2.680 personnes prenaient de la metformine avant d’avoir reçu un diagnostic de cancer. Les analyses multivariées ont montré que la prise régulière de metformine était associée à une diminution de 18% (odds ratio (OR) 0,821 [0,726-0,928], p=0,002) du risque de cancer du sein et de 25% (OR 0,754 [0,623-0,912], p=0,004) du risque de cancer colorectal. Aucune diminution du risque de ces cancers n’a été associée à l’utilisation d’un autre antidiabétique. Le diabète a été associé à une augmentation du risque du cancer colorectal de 20%, en revanche aucune association n’a été retrouvée entre diabète et cancer du sein. Une tendance à la diminution du risque de cancer du sein et du cancer colorectal a été notée avec l’augmentation de dose de metformine.