La mastectomie est associée à un bénéfice de survie dans le cadre du cancer du sein inflammatoire de stade IV de novo

  • Partain N & al.
  • Ann Surg Oncol
  • 5 janv. 2021

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les résultats d’une étude de cohorte monocentrique montrent que, chez les patientes atteintes d’un cancer du sein inflammatoire (CSI) de stade IV, une mastectomie radicale modifiée (MRM) est associée à une augmentation de 39 mois de la survie, comparativement à l’absence de MRM (58 mois, contre 19 mois).

Pourquoi est-ce important ?

  • Bien que le CSI soit rare, 25 % à 29 % des patientes sont atteintes d’une maladie de stade IV au moment de la présentation.
  • La nécessité d’une MRM dans le cadre du CSI de stade IV de novo est controversée.
  • Ces résultats suggèrent qu’un essai randomisé est justifié.

Méthodologie

  • Une étude de cohorte rétrospective monocentrique a été menée au Centre de cancérologie MD Anderson (MD Anderson Cancer Center ; N = 97 ; 2007–2016).
  • 53,6 % des patientes ont fait l’objet d’une MRM, et 46,4 % n’ont pas fait l’objet d’une MRM.
  • Toutes les patientes ont fait l’objet d’une chimiothérapie et d’une radiothérapie.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Parmi les patientes ayant terminé un traitement trimodal (MRM, chimiothérapie, radiothérapie ; n = 47), 12,8 % ont présenté une récidive locale-régionale.
  • La survie globale (SG) était de 19 mois sans MRM et de 58 mois avec une MRM (différence : 39 mois).
  • À l’analyse multivariée, les facteurs associés (rapports de risque [RR]) à une réduction de la SG étaient :
    • la maladie de stade N3 : 2,16 (P = 0,03) ;
    • le sous-type à récepteurs hormonaux positifs (Hormone Receptor-positive, HR+)/récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain négatif (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2-negative, HER2-) : 4,98 (P = 0,03) ;
    • le sous-type HR-/HER2- : 7,18 (P = 0,008).
  • À l’analyse multivariée, les facteurs associés (RR) à une amélioration de la SG étaient :
    • la réponse partielle/complète à la chimiothérapie de la maladie à distance : 0,43 (P = 0,005) ;
    • la réalisation d’une MRM : 0,52 (P = 0,03).

Limites

  • Le nombre de patientes était faible.
  • Il s’agit d’une étude rétrospective et observationnelle.
  • L’étude était monocentrique.