La mammographie annuelle est-elle meilleure que la mammographie biennale chez les femmes à haut risque âgées de 50 à 74 ans ?

  • Chiarelli AM & al.
  • J Natl Cancer Inst
  • 24 juin 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une grande étude de cohorte canadienne révèle une sensibilité plus élevée, mais une spécificité plus faible, pour de nombreuses femmes à haut risque âgées de 50 à 74 ans.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats suggèrent de ne pas modifier la recommandation actuelle du Programme ontarien de dépistage du cancer du sein (PODCS), en faveur d’une mammographie annuelle pour les femmes à haut risque âgées de 50 à 74 ans.

Protocole de l’étude

  • La cohorte rétrospective de l’Ontario, au Canada, compare la sensibilité et la spécificité de la mammographie annuelle à celles de la mammographie biennale, dans 3 groupes à haut risque : les antécédents familiaux de cancer du sein ou de l’ovaire ou les antécédents personnels de cancer de l’ovaire (n = 67 795), la densité mammaire supérieure ou égale à 75 % (n = 51 956), ou les deux (n = 3 758).
  • Des mammographies de dépistage annuelles ou biennales ont été réalisées par mammographie numérique entre 2011 et 2014, et suivies jusqu’en 2016 ou jusqu’au diagnostic de cancer du sein.
  • Financement : Société canadienne du cancer.

Principaux résultats

  • Groupe avec antécédents familiaux ou personnels (mammographie annuelle, par rapport à la mammographie biennale) :
    • Sensibilité plus élevée : 81,7 % contre 70,6 % (rapport de cotes corrigé [RCc] : 1,86 ; IC à 95 %, 1,48–2,34) ; en particulier pour les femmes atteintes d’un cancer du sein invasif (RCc : 1,87 ; IC à 95 % : 1,46–2,39) et les femmes ménopausées (RCc : 1,89 ; IC à 95 % : 1,49–2,39).
    • Aucune différence en termes de spécificité.
  • Densité mammaire supérieure ou égale à 75 % (mammographie annuelle, par rapport à la mammographie biennale) :
    • Aucune différence en termes de sensibilité.
    • Spécificité plus faible : 91,3 % contre 92,3 % (RCc : 0,87 ; IC à 95 % : 0,80–0,96).
  • Antécédents familiaux ou personnels associés à une densité mammaire supérieure ou égale à 75 % (mammographie annuelle, par rapport à la mammographie biennale) :
    • Aucune différence en termes de sensibilité.
    • Aucune différence en termes de spécificité.

Limites

  • Protocole observationnel et rétrospectif.
  • Les périodes de suivi ne sont pas comparables entre les cohortes.
  • Aucune utilisation de la mammographie 3D.