La mammographie 3D démontre un avantage pour l’ensemble des densités mammaires et des groupes d’âge

  • Østerås BH & al.
  • Radiology
  • 13 août 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La tomosynthèse mammaire numérique (TMN, mammographie 3D) a généré un taux plus élevé de vrais positifs et un taux inférieur de faux positifs, par rapport à la mammographie numérique (MN, mammographie 2D), pour la plupart des densités mammaires et groupes d’âge dans une cohorte norvégienne de grande envergure.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’une des cohortes les plus importantes à ce jour plaide sans équivoque en faveur de la TMN, par rapport à la MN.

Protocole de l’étude

  • Cohorte prospective (n = 24 301 femmes âgées de 50 à 69 ans) incluse dans l’essai sur le dépistage par tomosynthèse d’Oslo.
  • Les participantes ont fait l’objet d’une MN et d’une TMN.
  • Les participantes ont été suivies jusqu’à 2 ans afin de détecter des tumeurs par 8 radiologues.
  • La densité mammaire a été évaluée de 1 (sein presque entièrement graisseux) à 4 (sein extrêmement dense) par logiciel volumétrique automatique.
  • Financement : non communiqué.

Principaux résultats

  • La TMN (par rapport à la MN) avait un taux de vrais positifs plus élevé pour différents groupes de densité mammaire (les différences ont varié de 11,8 % à 24,1 % ; P  0,05 pour des scores de densité de 1 et 4) et pour toutes les tranches d’âge de 5 ans (les différences ont varié de 15,3 % à 35 % ; P 
  • La TMN (par rapport à la MN) avait un taux inférieur de faux positifs pour tous les groupes de densité mammaire (les différences ont varié de -0,71 % à -0,98 % ; P 

Limites

  • Protocole observationnel.
  • Étude monocentrique.