La maladie pulmonaire restrictive est-elle une complication tardive du diabète de type 2 ?


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La pneumopathie interstitielle diffuse (PID) est une comorbidité courante chez les personnes atteintes de diabète de type 2 (DT2). Les patients atteints de DT2 présentent-ils une incidence plus élevée de maladies pulmonaires et respiratoires ? L’essoufflement, la PID et la maladie pulmonaire restrictive (MPR) pourraient-ils être une conséquence du diabète ? Ces questions ont été étudiées pour la première fois dans une récente étude allemande publiée dans la revue Respiration

Le contrôle métabolique, les complications liées au diabète, l’essoufflement et la fonction du poumon ont été examinés chez 48 personnes non diabétiques, 68 patients atteints de prédiabète, 29 patients récemment diagnostiqués d’un DT2 et 110 patients atteints de DT2 de longue durée.

L’essoufflement accompagné d’une MPR s’est avéré significativement plus fréquent chez les patients atteints de prédiabète et de DT2 (P 

Commentant les résultats, les auteurs ont avancé l’hypothèse que la maladie pulmonaire pourrait être une complication tardive du DT2.