La maladie hépatique sévère pourrait être un facteur clé d’accumulation de microplastiques

  • Horvatits T & al.
  • EBioMedicine

  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Par rapport à des individus sans atteintes hépatiques, des microplastiques ont été retrouvés en quantité significative dans des tissus hépatiques d’individus atteints d’hépatopathie sévère.
  • Ces données laissent supposer qu’il pourrait y avoir un lien entre l’accumulation de ces microplastiques et le développement de certaines maladies hépatiques.

Pourquoi est-ce important ?

Les microplastiques sont des composés primaires (tels que les microbilles des cosmétiques), ou encore des composés secondaires (issus de la dégradation mécanique et/ou par les UV de plastiques de taille plus importante). Il n’y a aujourd’hui plus aucun doute que les microplastiques ont intégré la chaîne alimentaire humaine. La contamination de différents écosystèmes par ces derniers constitue un problème de santé publique majeur. Leur présence a été mise en évidence récemment dans le sang, les selles et le placenta humains. Il restait cependant à éclaircir si les microplastiques s’accumulaient dans les organes périphériques, en particulier le foie, et si la cirrhose hépatique favorisait ou non ce processus. 

Méthodologie

Cette série de cas de preuve de concept a été menée en Allemagne. Des échantillons de tissus provenant de six patients atteints de maladie hépatique (quatre cas de cirrhose alcoolique, un cas de maladie hépatique autoimmune, un cas de maladie hépatique alcoolique associée à une cirrhose à virus de l’hépatite C). L’âge médian des patients atteints était de 56 ans, et le MELD médian (model for end-stage liver disease) de 23. L’indice de masse corporelle moyen était de 23,9 kg/m2. Cinq autres individus n’ayant pas de maladie hépatique sous-jacente ont été analysés (âge médian 67 ans). Ainsi, 17 échantillons (11 de foie, 3 de rein, 3 de rate) ont été analysés. Une méthode fiable de détection des particules de microplastiques d’une taille allant de 4 à 30 micromètres a été développée.

Principaux résultats

Les tests de recherche de microplastiques dans les extraits de foie, rein et rate étaient négatifs chez les patients indemnes d’hépatopathie.

En revanche, les tests étaient positifs dans les tissus hépatiques des sujets atteints de maladie hépatique sévère, avec des concentrations significativement plus importantes par rapport aux échantillons hépatiques des individus sains. 

Six polymères différents de microplastiques ont été détectés. 

De nouvelles études sont dorénavant nécessaires afin d’évaluer si l’accumulation de ces éléments au niveau hépatique constitue un facteur favorisant la fibrose hépatique ou peut être à l’origine d’une cirrhose ou d’une hypertension portale.