La loi du genre pour le TAVR

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Contrairement à ce qu'on observe pour les procédures interventionnelles coronaires percutanées, environ 50 % des patients qui ont un remplacement trans-cathéter de la valve aortique (TAVR) sont des femmes. Or, des études observationnelles de petite taille et l'analyse de sous-groupes d'études randomisées ont montré que le genre des patients avait un impact sur le pronostic. Il a été rapporté notamment que les femmes étaient plus exposées que les hommes à la survenue de complications liées à la procédure (hémorragies, complications vasculaires) et que ces complications étaient associées à une augmentation de la mortalité et des ré-hospitalisations post-TAVR.

Chandrasekhar et coll. ont entrepris de comparer le pronostic hospitalier et le pronostic à un an de patients des deux sexes qui avaient bénéficié d'un TAVR.

L'étude a été menée à partir des données du registre américain national de TAVR. Entre 2011 et 2014, 11 808 (49,9 %) femmes et 11 844 (51,1 %) hommes ont eu un TAVR. Les femmes étaient plus âgées que les hommes, elles avaient un moindre taux de maladie coronaire, de fibrillation atriale et de diabète ; en contraste, elles avaient plus fréquemment que les hommes des calcifications aortiques (voire un...