La lobectomie se montre supérieure à la SABR dans le cadre du CBNPC de stade I

  • Khakwani A & al.
  • Thorax
  • 26 déc. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un CBNPC de stades IA–IB qui font l’objet d’une lobectomie présentent une amélioration significative de la survie à long terme, comparativement à ceux qui font l’objet d’une radiothérapie stéréotaxique d’ablation (Stereotactic Ablative Radiotherapy, SABR).

Pourquoi est-ce important ?

  • Avec l’augmentation du recours à la SABR dans le cadre du CBNPC de stade précoce, il était nécessaire d’obtenir des données concernant ses résultats à long terme comparativement à la lobectomie, qui est le traitement actuellement préconisé pour le CBNPC de stade I dans les nouvelles recommandations de l’Institut national britannique d’excellence en matière de santé et de soins (National Institute for Health and Care Excellence).

Protocole de l’étude

  • 2 373 patients atteints d’un CBNPC de stades IA–IB et présentant un indice de performance (IP) de 0–2 ont fait l’objet d’une lobectomie (n = 1 897) ou d’une SABR (n = 476).
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Les facteurs prédictifs indépendants du recours à la SABR comprenaient une maladie de stade IA, un âge supérieur ou égal à 65 ans, la présence de comorbidités et un IP de 1–2.
  • Le délai médian entre le diagnostic et le traitement était de 17 jours dans le groupe lobectomie, contre 73 jours dans le groupe SABR.
  • Aucune différence n’a été observée au niveau de la mortalité toutes causes confondues dans les 180 jours suivant le traitement ou la chirurgie.
  • Cependant, comparativement à la lobectomie, la mortalité toutes causes confondues était significativement plus élevée dans le groupe SABR :
    • à 1 an : rapport de cotes corrigé (RCa) de 2,12 (IC à 95 % : 1,35–3,31).
    • à 2 ans : RCa de 2,20 (IC à 95 % : 1,56–3,09).

Limites

  • Il n’y avait aucune donnée concernant la fonction pulmonaire, l’emplacement ou la taille de la tumeur.