La lobectomie robotique comparée à la lobectomie ouverte : l’une surpasse-t-elle l’autre dans le cadre du CBNPC de stade I ?

  • Ann Thorac Surg

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) de stade I, la lobectomie robotique est associée à un nombre plus élevé de ganglions lymphatiques examinés et à de meilleurs résultats à court terme, comparativement à la lobectomie ouverte, sans différence concernant la réévaluation à la hausse du stade ganglionnaire ou la survie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études suggèrent que les techniques mini-invasives, telles que les plateformes robotisées, sont associées à des séjours à l’hôpital plus courts et à un meilleur contrôle de la douleur que la résection ouverte dans le cadre du cancer du poumon. Néanmoins, les recherches sur l’efficacité oncologique ont généré des résultats contradictoires.

Protocole de l’étude

  • Des patients atteints d’un CBNPC de stade I, inclus dans la base de données nationale américaine sur le cancer, ont fait l’objet d’une lobectomie ouverte (n = 50 186) ou d’une lobectomie robotique (n = 7 452), entre 2010 et 2015.
  • 7 452 paires de patients ont été appariées selon les scores de propension.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Le recours à la lobectomie robotique a augmenté pendant la période de l’étude, passant de 3 % à 14 %.
  • Les patients ayant fait l’objet d’une lobectomie robotique présentaient un nombre médian significativement plus élevé de ganglions lymphatiques examinés (10 contre 8 ; P 
  • Les patients du groupe lobectomie robotique étaient associés à une durée médiane du séjour à l’hôpital plus courte (4 jours contre 5 jours ; P 
  • Aucune différence entre les groupes n’a été observée en termes de survie globale (SG), de réévaluation à la hausse du stade ganglionnaire, de taux de marge positive ou d’utilisation d’une chimiothérapie adjuvante.

Limites

  • Aucune donnée sur la récidive.