La lobectomie engendre une meilleure SG dans le cadre du DCPMP, par rapport à la résection sous-lobaire

  • Ann Thorac Surg

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La lobectomie a engendré une meilleure SG, par rapport à la résection sous-lobaire pour le traitement du deuxième cancer primaire métachrone du poumon (DCPMP), tout particulièrement lorsque le cancer du poumon primaire était de stade I et N0 lors du diagnostic initial.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le risque de DCPMP après un diagnostic de cancer du poumon primaire est de 1 %–7 % par patient par an, mais l’approche chirurgicale optimale était inconnue.

Protocole de l’étude

  • 1 392 patients ayant reçu un diagnostic de DCPMP entre 1983 et 2014 provenant de la base de données Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results) qui ont été appariés par scores de propension (n = 454 paires).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 655 patients ont fait l’objet d’une lobectomie pour le DCPMP et 737 d’une résection sous-lobaire.
  • Dans l’ensemble, la SG à cinq ans était de 47,5 %.
  • Après l’appariement par scores de propension, le groupe lobectomie a présenté une SG à cinq ans nettement meilleure, par rapport au groupe sous-lobaire (54,9 % contre 42,8 % ; RR : 0,821 ; IC à 95 % : 0,690–0,975).
  • La lobectomie a engendré de meilleurs résultats chez les patients atteints d’un cancer du poumon primaire de stade I (57,7 % contre 44,5 % ; RR : 0,768 ; IC à 95 % : 0,626–0,943), et la résection sous-lobaire a engendré une meilleure SG chez les patients atteints d’un cancer du poumon primaire de stade III (47,8 % contre 31,4 % ; RR : 1,755 ; IC à 95 % : 0,974–3,160).
  • La lobectomie a engendré une meilleure SG lorsque le cancer du poumon primaire était de stade N0 (RR : 0,776 ; IC à 95 % : 0,646–0,932), mais pas pour le cancer de stade N1 ou N2.

Limites

  • Étude rétrospective.