La lèpre, une maladie endémique à Mayotte

  • Dr Muriel Macé

  • JIM Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La lèpre, est une infection chronique due au bacille Mycobacterium leprae qui touche essentiellement la peau, les muqueuses et le système nerveux périphérique. La maladie est transmise par des gouttelettes d'origine buccale ou nasale lors de contacts étroits et fréquents avec un sujet infecté et non traité. Peu contagieuse, elle peut entraîner des infirmités sévères faute d'un diagnostic et d'un traitement précoces.

Le continent africain est particulièrement touché par la lèpre, ainsi que plusieurs îles de l'Océan Indien où elle est endémique, comme à Mayotte, 101ème département français depuis le 31 avril 2011, situé dans l'archipel des Comores.

De 2006 à 2011, 307 nouveaux cas de lèpre (confirmés biologiquement sur biospie) ont été diagnostiqués sur l'île. Le taux de détection annuel moyen était de 2,6/10 000 habitants et la prévalence de 5,0/10 000. En 2009, les formes multibacillaires sont devenues prépondérantes et leur taux a atteint 87,2 % en 2011. La prévalence enregistrée en 2011 (3,7/10 000) est la plus basse depuis 1994 avec 39 nouveaux cas, dont 8 importés (1,8 cas pour 10 000 habitants). Le nombre des sujets atteints dans la tranche des moins de 15 ans reste stable et représente 26 %.

Dans les années 1990, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a fixé comme objectif pour 2000, puis 2005, l'élimination de la lèpre comme problème de santé publique, c'est-à-dire atteindre une prévalence (nombre de patients sous polychimiothérapie antibacillaire à un moment donné) inférieure à 1 pour 10 000 habitants. Elle recommande également la mise en place d'un système de surveillance de la lèpre dans les pays endémiques afin de disposer d'indicateurs de dépistage, de prise en charge et de suivi des patients. Mayotte reste le département français le plus touché par la lèpre qui y endémique et probablement sous-estimée. L'augmentation de la part des formes multibacillaires souligne une circulation active du bacille. Consolider la lutte antilépreuse et la surveillance sont nécessaires pour espérery éliminer cette maladie.