La gymnastique traditionnelle chinoise comme outil de réhabilitation chez les patients BPCO ?

  • Liu X & al.
  • Trials
  • 11 janv. 2019

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Des interventions séparées de réhabilitation de la fonction respiratoire et de la fonction musculaire ou des deux associées, basées sur des exercices de gymnastique traditionnelle chinoise sont en cours d’évaluation.
  • Ce type d’exercice a déjà montré qu’il pouvait améliorer de façon significative les activités de la vie quotidienne et la participation sociale.
  • Cette étude va cette fois évaluer les bénéfices en termes de fonction pulmonaire, de force musculaire, de capacité physique, et de qualité de vie. Elle ouvre la voie à de nouvelles approches pour la réhabilitation respiratoire des patients BPCO.

 

Pourquoi la gymnastique traditionnelle chinoise dans la réhabilitation des patients BPCO ?

En plus d’une détérioration de la fonction pulmonaire, la BPCO est aussi associée à des effets extra-pulmonaires, et notamment à un dysfonctionnement des muscles squelettiques. Celui-ci amène les patients à limiter leur activité physique, altère leur qualité de vie et représente un facteur prédictif de la mortalité. La réhabilitation pulmonaire peut améliorer les capacités physiques, la qualité de vie et même le pronostic de ces patients. Les exercices de gymnastique traditionnelle chinoise (tai chi, wuqinxi, yijinjing …) sont réalisables en autonomie au domicile et de plus en plus d’études explorent leurs effets dans la prévention et le contrôle des maladies chroniques. L’équipe de Liu et collaborateurs avait déjà montré qu’ils pouvaient améliorer de façon significative les activités de la vie quotidienne et la participation sociale. Mais leur effet sur la fonction musculaire squelettique et le niveau d’activité physique n’avait jusqu’ici pas été établi.

Quelles sont les interventions en cours d’évaluation ?

Dans un essai contrôlé randomisé réalisé en simple aveugle, la même équipe a inclus des patients atteints de BPCO stable de plus de 40 ans et n’ayant pas pratiqué d’exercice régulier au cours des 6 dernier mois. Tous les patients sont en cours de recrutement dans le département de médecine respiratoire de l’hôpital de médecine intégrative de Yue-Yang (Chine) et doivent poursuivre leur traitement habituel. Ils sont randomisés pour recevoir les soins usuels seuls (groupe contrôle), ou bien une intervention adaptée de la gymnastique traditionnelle chinoise basée sur des exercices respiratoires, de renforcement musculaire ou des deux. Les exercices respiratoires combinent posture, respiration, et exercices de fitness visant à améliorer la dyspnée et les capacités physiques aérobies (séances de 60 min, 2 x/j, 7j/semaine durant 3 mois, dont une journée/sem d’exercices en groupe guidés par un physiothérapeute à l’hôpital). Les exercices de renforcement musculaire sont basés sur des mouvements de résistance avec des bandes élastiques (60 minutes d’exercice de résistance 1x/j, 3j/sem durant 3 mois, avec là aussi une journée/sem d’exercices supervisés à l’hôpital) ou une combinaison des deux.

Quels seront les paramètres évalués ?

Les participants seront évalués à l’inclusion et à 3 mois. En plus d’une évaluation classique de la fonction pulmonaire, la force des muscles respiratoires et périphériques sera estimée, et les capacités physiques seront mesurées par différents tests (test de marche de 6 minutes, de lever de chaise, ou de flexion du bras en 30 secondes). Le niveau d’activité physique au cours des 7 derniers jours sera évalué par le questionnaire Physical activity Scale for the Elderlyet la qualité de vie par le questionnaire respiratoire de St George. Une analyse en sous-groupe permettra d’interroger l’intérêt de l’intervention selon le niveau de sévérité de la maladie de façon à pouvoir ensuite l’adapter à l’ensemble des patients BPCO.