La graisse viscérale de la cuisse est associée au cancer agressif de la prostate

  • Dickerman BA & al.
  • Cancer
  • 10 juin 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Certains dépôts de graisse, l’IMC et le tour de taille sont associés au risque de cancer de la prostate avancé/mortel.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats soulignent la nécessité d’interventions axées sur le mode de vie qui ciblent la perte de graisse et favorisent des résultats optimaux pour les cas de cancer de la prostate.

Protocole de l’étude

  • Les données de 1 832 hommes participant à l’Étude de Reykjavik portant sur l’âge et la prédisposition génétique/environnementale (AGES-Reykjavik), qui ont fait l’objet d’un examen par tomodensitométrie (TDM) visant à évaluer les dépôts de graisse, ont été analysées.
  • Financement : Instituts nationaux de la santé (National Institutes of Health, NIH)

Principaux résultats

  • 172 participants ont reçu un diagnostic de cancer de la prostate au cours du suivi (durée médiane : 10,1 ans).
  • 31 décès liés au cancer de la prostate ont été signalés au cours d’un suivi médian de 10,4 ans.
  • La graisse viscérale et la graisse sous-cutanée de la cuisse étaient associées à un risque de cancer de la prostate avancé et mortel, respectivement (rapport de risque corrigé [RRc]par augmentation de 1 écart type [ET] : 1,31 [IC à 95 % : 1,00–1,72] et 1,37 [IC à 95 % : 1,00–1,88], respectivement).
  • Un IMC plus élevé était associé à un risque significatif de maladie avancée (RRcpar augmentation de 5 kg/m2 : 1,52 ; IC à 95 % : 1,02–2,27).
  • Un tour de taille plus élevé était associé à un risque accru de cancer de la prostate avancé (RRcpar augmentation de 1 ET : 1,40 ; IC à 95 % : 1,04–1,89) et mortel (RRcpar augmentation de 1 ET : 1,45 ; IC à 95 % : 1,01–2,07).
  • Chez les hommes ayant un IMC inférieur à 27 kg/m2, la graisse viscérale abdominale était associée à un risque de cancer de la prostate avancé et mortel.

Limites

  • Les changements au fil du temps n’ont pas été pris en compte.