La glutamine : une solution prometteuse pour le syndrome de l’intestin irritable post-infection ?

  • Zhou Q & al.
  • Gut
  • 14 août 2018

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Chez les sujets qui développent un syndrome de l’intestin irritable à prédominance diarrhéique (SII-D), après une infection gastro-entérique, la supplémentation orale quotidienne par glutamine (5g 3 fois/j) durant 8 semaines réduirait très fortement les symptômes et restaurerait l’intégrité de la muqueuse intestinale, tout en étant bien tolérée. Ces résultats émanant d’une étude pilote sont prometteurs et ouvrent la voie vers la réalisation d’une étude clinique randomisée et contrôlée afin de valider ces conclusions sur une population de plus large envergure, d’évaluer les doses et la durée optimales, ainsi que la qualité de vie des patients et éventuellement mieux comprendre les mécanismes d’action sous-jacents.

Pourquoi est-ce intéressant ? 

Le syndrome de l’intestin irritable post gastro-entérite infectieuse est l’un des troubles gastro-intestinaux les plus fréquents. Malheureusement, les effets d’une prise en charge basée sur des mesures hygiéno-diététiques et un traitement médicamenteux pour réduire la diarrhée et les douleurs abdominales, reste limité et peu satisfaisant. 

La glutamine est un substrat important dont le déficit au cours d’une infection peut conduire à l’atrophie de la muqueuse intestinale et à l’hyperperméabilité intestinale. Il était utile d’évaluer l’intérêt d’une supplémentation dans le contexte d’un SII-D avec hyperperméabilité intestinale.

Méthodologie

Étude en double aveugle, contrôlée versus placebo, d’une durée de 8 semaines. Pour être inclus, les patients devaient être âgés de 18 à 72 ans, souffrir du syndrome de l’intestin irritable à prédominance diarrhéique (SII-D) selon les critères de Rome III, avoir eu une infection gastro-intestinale durant l’année écoulée et présenter une augmentation de la perméabilité intestinale. Ils ont été randomisés entre un groupe glutamine (5g trois fois/j, per os) et un groupe placebo. 

Principaux résultats

Au total, entre août 2011 et décembre 2015, 54 sujets ont été inclus dans le bras glutamine et 52 dans le bras placebo. L’âge moyen des participants était de 31,7±8,3 ans, et 70% des sujets étaient des femmes. Outre le fait que les patients présentaient à l’inclusion une fréquence de selles augmentée et des diarrhées, ils avaient également une hyperperméabilité intestinale (définie par un ratio lactulose/mannitol ≥0,07). Le taux d’observance était supérieur à 91% dans les deux bras. À la 8semaine, la réduction supérieure ou égale à 50 points sur le score de Francis (IBS-SS score de 0-500) concernait 14 fois plus de sujets sous glutamine que sous placebo (respectivement 79,6% versus 5,8%). La réduction du score brut IBS-SS était également significativement supérieure sous glutamine par rapport au placebo (301 vs 181, pvs 2,9±1,0, pvs 3,9, pvs -0,0004, p

La tolérance du traitement par glutamine versus placebo était satisfaisante : le taux d’évènements indésirables (3,8% dans les deux groupes) et les arrêts de traitement à cause du médicament (respectivement 8,5 et 7,1%, p=0,55) étaient faibles et similaires dans les deux bras. Les évènements indésirables les plus fréquents étaient les douleurs abdominales (1,9% dans les deux groupes). Aucun événement indésirable sévère n’a été observé.

Principales limitations

Ces résultats ne peuvent pas être généralisés aux patients présentant un SII-D sans hyperperméabilité intestinale, un SII à prédominance de constipation, ou chez l’enfant.