La gemcitabine intravésicale réduit le risque de récidive du cancer de la vessie

  • Messing EM & et al.
  • JAMA
  • 8 mai 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’instillation postopératoire immédiate de gemcitabine a été bien tolérée et a réduit le risque de récidive chez les patients atteints d’un cancer urothélial sans envahissement musculaire (CUSEM) de faible grade.

Pourquoi est-ce important ?

  • La gemcitabine est un médicament facilement accessible et rentable.
  • Les directives recommandent une instillation postopératoire unique de chimiothérapie intravésicale.

Conception de l’étude

  • Essai multicentrique, randomisé, en double aveugle SWOG S0337 mené auprès de 406 patients atteints d’un CUSEM de faible grade soupçonné et affectés de manière aléatoire pour recevoir une instillation intravésicale de gemcitabine ou de solution saline pendant 1 heure immédiatement après la résection transurétrale d’une tumeur de la vessie (RTUTV).
  • Financement : Institut national du cancer des Instituts nationaux de la santé (National Cancer Institute of the National Institutes of Health).

Principaux résultats

  • 35 % des patients du groupe gemcitabine et 47 % du groupe solution saline ont présenté une récidive pendant le suivi médian de quatre ans (RR : 0,66 ; Punilatéral 
  • Chez les patients atteints d’un CUSEM de faible grade ayant fait l’objet d’une RTUTV (n = 215), 34 % contre 54 % présentaient une récidive, respectivement (RR : 0,53 ; Punilatéral = 0,001).
  • Dans le groupe gemcitabine, par rapport au groupe solution saline :
    • 5 patients contre 10 ont présenté une progression vers un cancer urothélial avec envahissement musculaire (Punilatéral = 0,11) ;
    • 17 patients contre 25 sont décédés, quelle que soit la cause du décès (Punilatéral = 0,12).
  • Aucune différence significative d’événements indésirables de grade 3 (2,4 % contre 3,4 % ; Punilatéral = 0,29) et aucune toxicité de grade 4 ou supérieur n’a été observée.

Limites

  • Manque de données sur la taille des tumeurs.