La gastrectomie distale laparoscopique est non inférieure à la gastrectomie distale ouverte dans le cadre du cancer gastrique localement avancé

  • JAMA

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre du cancer gastrique localement avancé, la gastrectomie distale laparoscopique s’est montrée non inférieure à la gastrectomie distale ouverte en termes de SSM et de SG à trois ans et d’incidence cumulée de récidive.

Pourquoi est-ce important ?

  • Dans le cadre du cancer gastrique localement avancé, la gastrectomie distale laparoscopique est techniquement plus difficile que la gastrectomie distale ouverte, en raison de la nécessité de réaliser une exérèse des ganglions lymphatiques D2 appropriée.

Protocole de l’étude

  • Un essai clinique randomisé de non-infériorité (n = 1 056) a été mené en ouvert dans le cadre de l’étude chinoise sur la chirurgie gastro-intestinale laparoscopique (CLASS-01), afin de comparer la gastrectomie distale laparoscopique et la gastrectomie distale ouverte dans 14 centres en Chine.
  • Critère d’évaluation principal : la SSM à trois ans.
  • Financement : Projet clé pour les sciences et la technologie de la province du Guangdong ; Johnson & Johnson Medical Ltd ; autres.

Principaux résultats

  • Aucune différence n’a été observée entre la procédure laparoscopique et la procédure ouverte au niveau de la SSM à 3 ans (76,5 % contre 77,8 %, respectivement), avec une différence absolue de -1,3 % et un IC à 97,5 % unilatéral de -6,5 % à l’infini, ce qui ne dépassait pas la marge de non-infériorité préspécifiée de -10 %.
  • Aucune différence n’a été observée entre les groupes au niveau de la SG à 3 ans (83,1 % contre 85,2 %, respectivement ; rapport de risque corrigé [RRc] : 1,19 ; P = 0,28) et de l’incidence cumulée de récidive (rapport de sous-risque : 1,15 ; P = 0,35).

Limites

  • Puissance limitée pour détecter des tailles d’effets modestes.
  • Protocole en ouvert.