La fragilité réduit la SG dans le cadre du CPNPC traité par RTSC

  • Raghavan G & al.
  • Clin Lung Cancer
  • 6 juin 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La fragilité est associée de manière significative à une moins bonne SG chez les patients atteints d’un CPNPC qui font l’objet d’une radiothérapie stéréotaxique du corps (RTSC).

Pourquoi est-ce important ?

  • Un indice de fragilité modifié (IFm) pourrait permettre une meilleure stratification du risque et une meilleure planification du traitement.

Protocole de l’étude

  • 140 patients atteints d’un CPNPC de stade précoce et traités par RTSC.
  • Selon les critères de l’IFm, un score de deux ou moins était considéré comme indiquant une non-fragilité, et un score supérieur à deux comme indiquant une fragilité.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 72,9 % des patients étaient âgés de plus de 70 ans.
  • 56,4 % des patients présentaient un adénocarcinome, et 55,0 % une maladie de stade T1aN0.
  • 35,0 % des patients étaient fragiles, et ces patients étaient plus âgés (87,8 % contre 64,8 % étaient âgés de plus de 70 ans ; P = 0,007).
  • La SG médiane était de 65,9 mois, mais la SG médiane pour les patients fragiles était de 58,7 mois.
  • La SG était significativement moins bonne chez les patients fragiles, comparativement aux patients non fragiles (P = 0,01), avec une SG à trois ans de 59,3 % contre 82,0 %, respectivement.
  • Le contrôle local (P = 0,02) et le contrôle à distance (P = 0,03) étaient significativement moins bons dans le groupe de patients fragiles (contrôle local à trois ans de 85,3 % contre 97,0 %, et contrôle à distance à trois ans de 80,6 % contre 93,4 %).
  • La survie sans récidive était significativement moins bonne chez les patients fragiles (P = 0,01), avec une SSR globale à trois ans de 67,3 % (53,4 % chez les patients fragiles et 74,5 % chez les patients non fragiles).
  • Après l’analyse multivariée, la fragilité était associée de manière significative à une moins bonne SG (RR : 1,98 ; IC à 95 % : 1,02–3,85).

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.