La fibrose pulmonaire est associée à une présentation du CPNPC distincte et à un pronostic plus défavorable

  • Whittaker Brown SA & al.
  • Ann Am Thorac Soc
  • 16 avr. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) et d’une fibrose pulmonaire idiopathique (FPI), la maladie se présente souvent de manière différente au moment du diagnostic. Les patients sont moins susceptibles de recevoir un traitement pour une maladie avancée et leurs résultats sont moins bons que ceux des patients sans FPI.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients atteints d’une FPI présentent 10 à 30 % de risque de développer un cancer du poumon, contre 6 % pour la population générale.

Protocole de l’étude

  • 54 453 patients atteints d’un CPNPC de stade I–IV, issus de la base de données Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results, SEER), ont été analysés.
  • Financement : Stony Wold-Herbert Fund Inc.

Principaux résultats

  • 855 patients (2 %) étaient atteints d’une FPI.
  • Les patients atteints d’une FPI recevaient plus souvent un diagnostic de maladie de stade I (31 % contre 25 % ; P 
  • Les patients atteints d’une FPI présentaient une proportion plus importante de carcinome épidermoïde (46 % contre 35 % ; P 
  • Les patients atteints d’une FPI et d’un cancer du poumon de stade III–IV étaient moins susceptibles de faire l’objet d’un traitement que les patients de stade avancé sans FPI (RC : 0,82 ; IC à 95 % : 0,68–0,99).
  • Les patients atteints d’une FPI présentaient une SG (RRc : 1,35 ; IC à 95 % : 1,26–1,45) et une survie spécifique au cancer (SSC ; RRc : 1,32 ; IC à 95 % : 1,21–1,44) significativement plus défavorables.
    • À l’analyse stratifiée, la survie était plus défavorable avec et sans recours à un traitement adapté au stade de la maladie.

Limites

  • Absence de données spécifiques aux patients.