La dysfonction érectile est associée à une productivité et à une qualité de vie défavorables


  • Pavankumar Kamat
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude publiée dans la revue International Journal of Clinical Practice met en évidence le fardeau considérable de la dysfonction érectile (DE) sur la productivité au travail et la qualité de vie liée à la santé (QdV-LS).

Dans cette étude observationnelle transversale, les chercheurs ont analysé des données portant sur des hommes âgés de 40 à 70 ans (n = 52 697), issus d’Allemagne, du Brésil, de Chine, d’Espagne, des États-Unis, de France, d’Italie et du Royaume-Uni. La productivité au travail, la limitation des activités et la QdV-LS ont été évaluées. 

La prévalence globale de la DE était de 49,7 %. Les hommes atteints d’une DE, par rapport à ceux sans DE, ont rapporté un absentéisme (7,1 % contre 3,2 %), un présentéisme (22,5 % contre 10,1 %), une détérioration globale de la productivité au travail (24,8 % contre 11,2 %) et une limitation des activités (28,6 % contre 14,5 %) plus élevés. En outre, les hommes atteints d’une DE, par rapport à leurs homologues sans DE, ont obtenu des scores nettement inférieurs au score synthétique de la composante mentale (Mental Component Summary, MCS ; 46,7 contre 51,2), au score synthétique de la composante physique (Physical Component Summary, PCS ; 48,3 contre 53,0) et au score d’utilité des états de santé (version courte à 6 dimensions [Short-Form Six-Dimension, SF-6D] : 0,693 contre 0,778). La gravité de la DE a été associée à de moins bons résultats rapportés par les patients.

Selon les auteurs, les résultats de l’étude « suggèrent par ailleurs la nécessité d’une meilleure prise en charge et d’un traitement approprié, en particulier chez les personnes atteintes d’une DE dans la population active, car ce fardeau pourrait s’avérer être une préoccupation importante, même si elle est peu reconnue, pour les patients comme pour les employeurs ».