La durée de sommeil affecte le risque d’AVC de façon différente selon la race


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La durée de sommeil affecte le risque d’AVC de façon différente selon la race et le sexe, une nouvelle recherche suggérant que des durées de sommeil longues et courtes pourraient avoir des conséquences différentes.

Des chercheurs ont examiné les données de 16 733 adultes noirs et blancs âgés d’au moins 45 ans sans antécédents d’accident vasculaire cérébral (AVC) ou de trouble respiratoire du sommeil, qui ont rapporté leur durée de sommeil habituelle comme étant inférieure à six heures, comprise entre 6 et 6,9 heures, comprise entre 7 et 8,9 heures (durée de référence) ou comme étant d’au moins 9 heures dans l’étude Raisons des différences géographiques et raciales en matière d’AVC (Reasons for Geographic and Racial Differences in Stroke, REGARDS). 

Ils ont découvert qu’une courte durée de sommeil était associée de façon significative à une réduction du risque d’AVC chez les participants noirs (risque relatif [RR] : 0,49 ; IC à 95 % : 0,28–0,85 ; P 

« D’autres recherches sont nécessaires pour déterminer les mécanismes qui sous-tendent ces relations. En attendant, ces résultats soulignent à quel point il est important de mieux surveiller et contrôler les facteurs de risque cardiovasculaire des personnes d’âge moyen aux personnes âgées qui ont de longues durées de sommeil », a déclaré l’auteur de l’étude, Virginia J. Howard de l’Université de l’Alabama (University of Alabama) à Birmingham aux États-Unis. 

Les résultats ont été publiés dans la revue Neurology.