La durée d’isolement passe à 7 jours

  • Stéphanie Lavaud

  • Nathalie Barrès
  • Actualités Médicales par Medscape
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

France – Pas de « décisions difficiles» à ce stade mais de nouvelles mesures pour renforcer la lutte contre ce virus, dont la réduction de la période d’isolement de 14 à 7 jours, a annoncé Jean Castex lors d'une intervention télévisée vendredi 11 septembre. L'Ordre national des médecins rappelle, par ailleurs, que les médecins n'ont pas à établir de certificat médical « de non-contre-indication au retour à l'école » comme cela leur est parfois demandé par les établissements scolaires.

Dégradation manifeste 

Face à une « dégradation manifeste » de la situation épidémique en France, avec une augmentation de l’incidence de cas qui atteint désormais 72 cas pour 100.000 personnes contre 57 il y a une semaine, et « une augmentation sensible » du nombre de personnes hospitalisées, « les mêmes qu’au mois de mars », montrant que le « virus n’a pas baissé en intensité », le premier ministre Jean Castex a annoncé une série de décisions à l’issue du Conseil de défense qui s’est tenu ce vendredi après-midi.

L’une d’entre elle, attendue, est la réduction de la durée de la période d’isolement de 14 jours à 7 jours, la période à « véritable risque de contagion », pour les cas positifs et les cas contacts. Contrepartie de ce raccourcissement, il sera demandé un respect strict de l’isolement qui pourra être soumis à des contrôles.

Par ailleurs, au vu des délais et des files d’attente pour réaliser un dépistage COVID, des circuits prioritaires vont être réservés à trois types de population, les cas symptomatiques, les cas-contacts et les soignants ou assignés, travaillant dans un Ehpad ou à domicile, sous forme de créneaux dédiés.

Renfort des mesures au niveau local

En outre, le classement rouge de 42 départements permettra aux « préfets en lien avec les autorités sanitaires et les élus locaux » de déclencher « des mesures supplémentaires de réduction des risques, notamment sur le port du masque, les rassemblements sur les espaces publics, les grands événements ou les horaires d'ouverture de certains commerces ».

Dans deux métropoles, Marseille et Bordeaux, ainsi qu'en Guadeloupe, où est constaté une « évolution préoccupante des contaminations, notamment chez les plus âgés ainsi qu'un taux déjà élevé des hospitalisations », Jean Castex a décidé d’anticiper « compte tenu des prévisions que l’on peut déjà faire « à trois semaines sur l'occupation des lits de réanimation ». Il a ainsi demandé « aux préfets concernés » de lui proposer d'ici lundi, « un ensemble de nouvelles mesures supplémentaires ».

Enfin, Olivier Véran, le ministre de la Santé va reprendre ses points d’information hebdomadaires.

Lire la suite sur Medscape.