La doxycycline, une option thérapeutique valable dans la maladie de Creutzfeldt Jakob sporadique

  • Dr Juliette Lasoudris Laloux

  • JIM Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

In vitro et dans des modèles animaux, il a été constaté que la doxycycline (DOX) a une action antiprion. Pour autant, une étude de phase II récente n'a pas permis de démontrer son efficacité chez des sujets atteints de la maladie de Creutzfeldt Jakob sporadique (sCJD). Une équipe Allemande a émis l'hypothèse que l'enrôlement dans cet essai d'un bon nombre de sujets gravement atteints en était la raison. Elle a donc entrepris une nouvelle étude prospective en double aveugle et une étude observationnelle incluant des patients avec une sCJD à un stade précoce (selon les résultats aux tests neuropsychologiques).

Le critère principal d'évaluation était la survie.

Pour le premier essai, 12 malades ont été recrutés à partir du centre Allemand de surveillance des maladies à prions et randomisés pour recevoir de la doxycycline VO (n = 7) ou un placebo (n = 5).

Le traitement a été débuté en moyenne à 105 jours d'évolution. La durée moyenne du traitement a été de 89 jours. Il n'a pas été constaté de différence statistiquement significative en terme de prolongation de la survie entre les groupes (Hazard ratio [HR] : 0,841, intervalle de confiance à 95 % [IC95 %] 0,238-2,966) ni en terme de qualité de vie (évaluée par le délai entre le début de la maladie et les premiers troubles sphinctériens ou l'akinésie, p = 0,9).

« Efficace » quand administrée aux premiers stades de la maladie

Pour le second travail, les auteurs ont analysé les données de patients atteints de sCJD qui recevaient un traitement par doxycycline à titre compassionnel dans un groupe séparé.

Entre mai 2006 et mars 2013, 850 malades ont été signalés au centre de surveillance : 55 avaient été traités par doxycycline par leur médecin traitant et avaient en outre un génotype homozygote au codon 129. La doxycyline avait été introduite en moyenne à J168 du début de la maladie et la durée du traitement était de 122 jours.

Trente -trois malades non traités avec un génotype identique au codon 129 formaient le groupe contrôle.

Il a été retrouvé une différence significative en terme de survie entre les malades traités versus non traités (HR=0,607, IC95 % 0,372-0,989). La médiane de survie était de 346 jours dans le groupe traité versus 208 jours dans le groupe placebo.

Les résultats des deux études ont été combinés et le Hazard ratio pour la survie chez les malades traités versus non traités est de 0,633 (IC95 % 0,402-0,999) (p = 0,049).

Les auteurs ont donc observé une augmentation de la survie chez les malades prenant de la doxycycline. Ils estiment qu' en l'absence de meilleure solution, la doxycycline est une option thérapeutique valable chez les sujets atteints de maladie sCJD , tout particulièrement dans les premiers stades de la maladie.