La détresse psychologique augmente le risque d’AVC et d’IM de façon significative


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les adultes âgés de 45 ans ou plus qui présentent une détresse psychologique, comme une dépression et de l’anxiété, pourraient courir un risque accru de développer des maladies cardiovasculaires. C’est ce que suggère une nouvelle recherche publiée dans la revue Circulation: Cardiovascular Quality and Outcomes

Pour les besoins de l’étude, des chercheurs ont examiné les données de 221 677 membres de la population générale des Nouvelle-Galles du Sud (NGS), en Australie, pour évaluer si la détresse psychologique est associée au risque d’infarctus du myocarde (IM) et à l’accident vasculaire cérébral (AVC). 

Ils ont découvert que le risque a bsolu d’IM et d’AVC a augmenté avec la hausse des niveaux de détresse psychologique. 

Une détresse psychologique élevée/très élevée a été associée à un risque d’AVC accru de 44 % chez les femmes et de 24 % chez les hommes. Une détresse psychologique élevée/très élevée a été associée à un risque d’IM accru de 18 % chez les femmes. Chez les hommes âgés de 45 à 79 ans, une détresse psychologique élevée/très élevée, par rapport à une détresse psychologique faible, a été associée à un risque d’IM accru de 30 %, avec des estimations plus faibles chez ceux âgés de 80 ans ou plus.

Selon les auteurs, les données probantes croissantes dans ce domaine plaident en faveur de la nécessité d’encourager le dépistage des facteurs de risque cardiovasculaire chez les personnes présentant des symptômes de détresse psychologique.