La désinformation et la méfiance croissante au sujet des vaccins sont « aussi dangereuses qu’une maladie », selon la directrice de l’UNICEF


  • Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La désinformation sur les vaccins, la disponibilité limitée et l’accès inadéquat aux services de vaccination ont conduit à mettre en danger un grand nombre d’enfants, ce qui a incité le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (United Nations Children’s Fund, UNICEF) à organiser un événement des Nations unies de haut niveau pour « remédier au problème ». 

Selon l’UNICEF, les groupes anti-vaccins « ont exploité efficacement les réseaux sociaux, créant de la confusion et attisant des peurs chez les parents, ce qui pourrait compromettre les progrès réalisés pour administrer des vaccins à tous les enfants ». 

« La désinformation au sujet des vaccins est aussi dangereuse qu’une maladie », a déclaré Henrietta Fore, directrice générale de l’UNICEF. « Elle se répand rapidement et constitue une menace imminente pour la santé publique. »

Il a également été noté que l’accès à des soins en médecine générale de qualité, notamment l’immunisation, est fortement compromis par les systèmes de santé faibles, la pauvreté et les conflits.

Lors de cet événement, le premier de ce type, qui s’est déroulé la semaine dernière au siège des Nations Unies à New York, des experts ont analysé la façon d’améliorer les taux de vaccination et de défendre le droit des enfants à l’immunisation. 

Même si les vaccinations permettent de sauver jusqu’à 3 millions de vies chaque année, « 20 millions d’enfants n’y ont toujours pas accès », a fait remarquer Mme Fore.

L’UNICEF a souligné que les investissements des pays en matière de ressources nationales et d’engagement politique pour l’immunisation constituent « un point d’entrée pour renforcer les soins de santé en médecine générale », lesquels sont également essentiels pour assurer une couverture sanitaire universelle.  

L’agence des Nations Unies a également préconisé l’élaboration d’une plateforme de dialogue sur les moyens d’inverser le déclin des taux de vaccination, d’instaurer un rapport de confiance ayant une large assise dans la population et de renforcer la demande en matière d’immunisation.