La dernière flambée d’Ebola compte plus de 2 000 cas


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les autorités ont confirmé cette semaine que plus de 2 000 cas d’Ebola ont été signalés en République démocratique du Congo (RDC).

L’annonce de ce chiffre intervient alors que les responsables continuent d’avertir que la complexité de l’environnement et la précarité de la situation sécuritaire demeurent une entrave aux efforts de riposte à la flambée, qui a été déclarée pour la première fois il y a 10 mois. Même si la dernière évaluation du risque avait montré que le risque mondial concernant la flambée restait faible, les niveaux de risque aux échelles nationale et régionale restent très élevés.

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que l’organisation dispose « des effectifs, des outils, des connaissances et de la détermination pour mettre fin à la flambée d’Ebola en RDC », mais que « l’engagement politique soutenu de toutes les parties est nécessaire pour accéder en toute sécurité aux communautés et travailler en collaboration avec elles ».

« La riposte continue de se heurter à l’insécurité », a-t-il ajouté. « Sans accès aux communautés, nous ne pouvons pas vacciner les individus à risque, traiter les personnes infectées et rechercher les contacts. Nous avons cependant la détermination de pouvoir mettre fin à cette flambée, ce que nous ferons. »  

L’OMS continue de surveiller les changements concernant la situation épidémiologique et le contexte de la flambée pour s’assurer que l’aide fournie est adaptée à l’évolution des circonstances.