La déficience en vitamine D est associée à une faible fonction musculaire chez les plus de 60 ans


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les résultats d’une nouvelle étude suggèrent que la déficience en vitamine D est associée à une altération de la force et des performances musculaires chez les personnes plus âgées. 

La recherche, publiée dans la revue Clinical Interventions in Aging, a examiné l’association entre l’altération de la fonction musculaire et le statut de la vitamine D sérique, chez 4 157 adultes non institutionnalisés âgés d’au moins 60 ans. La force de préhension (FP) et la version abrégée de la batterie de tests des performances physiques (short physical performance battery, SPPB) ont été utilisées comme des mesures de la force musculaire et de la fonction physique. 

L’étude a révélé que les participants présentant le taux sérique le plus bas de 25-hydroxyvitamine D (25[OH]D ; inférieur ou égal à 28 nmol/l) avaient la prévalence la plus élevée d’altération de la force musculaire (40,4 %), par rapport aux participants situés dans les quintiles (Q) supérieurs, dont les taux de 25(OH)D, supérieurs à 50 nmol/l, étaient suffisants (25,2 % et 26,8 % dans les Q4 et Q5). 

L’altération des performances musculaires était 3 fois plus fréquente chez les adultes plus âgés présentant une déficience en vitamine D (25,2 %) que chez ceux dont les taux de vitamine D étaient adéquats (7,9 %).

L’étude a cependant révélé que les adultes plus âgés pratiquant une activité physique modérée régulière avaient une probabilité significativement plus faible de présenter une force musculaire et des performances physiques moindres.

« Étant donné que la déficience en vitamine D est prévalente chez les populations plus âgées, il pourrait être important de s’attacher à corriger cette déficience au seuil de 30 nmol/l, afin de protéger la fonction musculaire au cours du vieillissement, en plus de bénéficier des effets établis sur la prévention des maladies osseuses », ont indiqué les auteurs.